Anne-Sophie Condemine, Yann Cucherat, Fouziya Bouzerda, Karine Dognin-Sauze et Ludovic Hernandez © Justin Boche

Économie, tourisme, emploi : Cucherat dans les pas de Collomb

Cité de la Lumière, nouveau festival de Gastronomie, tourisme raisonné, piétonnisation Yann Cucherat, le candidat soutenu par LREM a annoncé ce jeudi ses mesures concernant l’économie, le tourisme et l’emploi...

C'est un programme sans rupture et sans fracas qu'a présenté Yann Cucherat ce jeudi dans son QG de campagne. Dans les pas de son mentor Gérard Collomb, l'ancien gymnaste, a insisté sur l'articulation entre attractivité et proximité.

Made in Lyon

Pour le commerce d'abord. Alors que fleurissent les grandes enseignes en presqu'île, le candidat à la mairie de Lyon souhaite “valoriser le commerce de proximité” via la création d'un label “fabriqué à Lyon”. Une idée pas tout à fait nouvelle puisqu'elle a été lancée en juillet dernier par sa majorité (lire ici), occasionnant à l'époque une petite erreur de communication, les sacs produits pour assurer la promotion du projet étant fabriqués en Chine. Aider le petit commerce passera pour Yann Cucherat par “un renouvellement et une diversification de l'animation commerciale des quartiers”, “un plan d'illumination de fin d'année” et par “des piétonnisations régulières, festives et concertées”. Sur la diversification des commerces, il a réaffirmé sa volonté de “préempter les commerces de certains quartiers : supérettes, kébab”. Une proposition adoptée en janvier par la ville de Lyon.

Piétonnisation façon dentelle

Durant plusieurs week-ends et en semaine, David Kimelfeld, le président de la métropole de Lyon et candidat dissident LREM, a testé la mise en place de la piétonnisation à Lyon de la place Bellecour au bas des Pentes de la Croix-Rousse. “Un fonctionnement à la hache, dicté d'en haut”, a tancé Fouziya Bouzerda, tête de liste dans le 9e arrondissement, qui souhaite un projet “organisé dans la dentelle, rue par rue, dans une échelle très fine, heure par heure et pour des événements précis.”

Selon leur proposition, plus axée économie qu’écologie, la Presqu'île sera piétonne “les week-ends, notamment le samedi et pas en semaine”, explique Yann Cucherat. “En semaine ça n'a pas de sens parce qu'il n'y a pas de flux de piétons”, abonde Fouziya Bouzerda. La présidente du Sytral critique les effets que pourrait avoir une piétonnisation globale du centre-ville : “C'est ce qui a été fait à Grenoble et aujourd'hui il y a 10 % de vacance commerciale. Ce n'est pas ce que nous voulons”.

Une nouvelle fête de la gastronomie

Côté tourisme l'allier de Gérard Collomb veut poursuivre la politique de grands événements mise en place par la ville via la création d'une cité de la lumière, et par la conception d’un nouveau festival, “sorte de pendant culinaire de la Fête des lumières”, consacré à la gastronomie dans un périmètre sans voitures et sur les bords de Rhône et Saône. “Il faut renforcer les fondamentaux que sont : qualité de vie et dynamisme économique. La question style de vie à Lyon est importante pour les Lyonnais, mais aussi pour les touristes. Ce style est fait de mobilité, de loisirs, mais aussi d'esthétique”, a ajouté Karine Dognin-Sauze qui souhaite par ailleurs faire de Lyon une destination « de référence du tourisme raisonné”.

Concernant l'emploi enfin, Yann Cucherat a adressé un satisfecit à la politique menée jusque là qui a conduit à un taux de chômage de 7,5 % dans la ville tant en notant des “réalités disparates” selon les quartiers. Là aussi il souhaite s'inscrire dans les pas de ce qui est déjà réalisé en “renforçant les antennes de proximité Lyon Emploi”, “en faisant du numérique un atout pour l'emploi en créant une cyberbase emploi”, “en impliquant les entreprises via un réseau local”, et “en soutenant des démarches innovantes pour l'accès à l'emploi”.

Faire défiler vers le haut