Marguerite Higgins, Nellie Bly, Anna Politkovskaïa et Elsa Cayat. Crédits : Wikimedia commons et Twitter

Des rues lyonnaises baptisées en hommage à 4 femmes journalistes

Quatre nouveaux espaces urbains créés dans le 7e seront baptisés en référence à des femmes journalistes, toutes "engagées sur les droits humains, la transparence et la liberté d’expression".

Votée en conseil municipal le 10 novembre dernier, la mesure s'inscrit dans le cadre du "projet urbain partenarial Duvivier", qui consiste à aménager une friche de 3 hectares en y installant des logements, des services publics et des activités. Pour baptiser les nouveaux espaces créés à cette occasion, la maire du 7e arrondissement Fanny Dubot a proposé 4 dénominations. Toutes désignent des femmes journalistes reconnues pour leur travail remarquable, et toutes ont été approuvées par les élus.

• La voie piétonne qui relie l’avenue Berthelot à la rue Paul Duvivier sera ainsi baptisée l'allée Nellie Bly (1864-1922), en hommage à cette journaliste américaine qui a vécu entre les 19 et le 20e siècles, et s'est fait notamment connaître pour avoir infiltré le monde ouvrier pour mener des enquêtes sur les conditions de travail en leur sein. Plus tard, elle se fait interner dans un hôpital psychiatrique pendant 10 jours pour un reportage. Plus tard, elle décide de battre le record fictif du tour du monde en 80 jours et parvient à le réaliser en 72 jours.

• Au croisement de l’impasse des Chalets et de la future rue Anna Politkovskaïa, la place Elsa Cayat (1960-2015) rendra hommage à la journaliste et chroniqueuse de Charlie Hebdo, aussi médecin psychiatre, et seule femme à avoir été tuée lors de l'attaque terroriste du 7 janvier 2015.

La rue Anna Politkovskaïa (1958-2006) sera baptisée d'après cette journaliste et militante des droits humains russe, née aux Etats-Unis, qui a couvert la Tchétchénie dans des zones de combats, a participé à des négociations lors de prises d'otage et a finalement été assassinée en 2006, sans que le commanditaire n'ait été identifié. Durant sa carrière, elle a dénoncé "les dérives du pouvoir russe", "la dégradation des libertés publiques", et "la corruption dans l'ensemble de la Russie".

• Enfin, la rue Marguerite Higgins (1920-1966) qui sera perpendiculaire à la future rue Anna Politkovsakïa et rejoindra la rue de Cronstadt, fait référence à cette journaliste née à Hong-Kong d'un père américain et d'une mère française. Elle couvre la libération des camps de concentration, le procès de Nuremberg puis la guerre de Corée. Plus tard, elle contracte au Vietnam la leishmaniose, dont elle meurt le 3 janvier 1966.

 

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut