Photomontages © Lyon Capitale
Photomontages © Lyon Capitale

Coût écologique de la vie à Lyon : les chiffres qui donnent le tournis

Alors que les alertes d’experts et de scientifiques sur l’état de la planète et de l’économie mondiale sont sur la table, à l'occasion de la Journée internationale de l'environnement, Lyon Capitale dresse un état des lieux à l’échelle de Lyon et sa région.

Empreinte écologique

Monde : Il faudrait 1,69 planète pour couvrir la consommation de l’humanité (Source : Global Footprint Network 2014)

Lyon : Si chaque habitant de la planète vivait comme un Lyonnais, il faudrait environ 3 planètes pour répondre de manière pérenne et soutenable aux besoins de l’humanité (Source : Observatoire métropolitain du développement durable, novembre 2018)

Avec l’avènement de la société de consommation, la vie se construit à crédit. Chaque année, le "jour du dépassement" acte la date où l’humanité a consommé l’ensemble des ressources que la nature pouvait renouveler en un an. En 2018, ce jour symbolique est survenu le 1er août, soit deux jours plus tôt qu’en 2017. À Lyon, le contenu en matières premières des importations destinées à la consommation des ménages a été étudié par l’agence Utopies et les chercheurs Boris Chabanel et Arnaud Florentin : un habitant de Lyon consomme 14 tonnes de matières premières importées par an, donc beaucoup plus que la moyenne mondiale (10 tonnes par an et par habitant). Le seuil écologiquement soutenable à moyen terme est quant à lui de 8 tonnes par an et par habitant. Selon l’observatoire métropolitain du développement durable, il faudrait trois planètes si l’ensemble de la population consommait comme un Lyonnais. Le poste de consommation de la métropole de Lyon à la plus forte empreinte écologique reste l’alimentation (24 %), on trouve ensuite, à égalité (16 %), les transports et la "formation brute de capital fixe" (FBSC), soit l’indicateur de l’Insee mesurant l’investissement, essentiellement matériel, et les actifs fixes issus de processus de production.

Le défi de la démographie

Monde : Entre 1950 et 2015, la population mondiale est passée de 2,5 à plus de 7 milliards d’habitants (Source : Nations unies)

Lyon : Entre 1954 et 2015, l’aire urbaine de Lyon est passée de 930 000 à 2,6 millions d’habitants (Source : Manuel scolaireNathan, d’après les chiffres de l’Insee)

La planète ne s’étend pas, contrairement à l’humanité. Selon l’agence Christian Aid, entre 2000 et 2050, au moins un milliard de personnes devraient migrer dans le monde, dont plus de la moitié pour s’adapter au réchauffement climatique ou en fuir les conséquences. Un phénomène déjà en cours : selon l’Internal Displacement Monitoring Center (IDMC), 18,9 millions de personnes ont été déplacées en 2015 sous le coup de phénomènes climatiques extrêmes. L’un des penseurs de l’effondrement, l’ancien ministre de l’Environnement Yves Cochet, a récemment prôné l’incitation aux pays développés à faire moins d’enfants pour limiter leur “coût écologique” et pouvoir “accueillir plus de migrants”. Des propos qui ont suscité un vif débat, le questeur de l’Assemblée nationale, Éric Ciotti, considérant "cette vision d’une certaine gauche" comme "celle du suicide organisé d’une civilisation". À Lyon, la population des neuf arrondissements est restée sensiblement équivalente ces cinquante dernières années, c’est l’aire urbaine qui s’est considérablement peuplée et étendue, entraînant avec elle l’urbanisation et l’artificialisation des sols.

Photomontage @Lyon Capitale

Alimentation : vers l'autosuffisance alimentaire

Monde : 821 millions de personnes sous-alimentées, soit 10,9 % de la population mondiale (Source : FAO)

Lyon : 84 % de la production agricole régionale est exportée (Source : Direction départementale des territoires du Rhône)

Deux chiffres résument l'absurdité de la situation lyonnaise : dans un rayon de 50 kilomètres autour de Lyon, 95 % de l'alimentation des habitants est importée et 84 % de la production agricole est exportée. En l'état actuel des choses, dans l'aire métropolitaine lyonnaise, on pourrait presque être en situation de souveraineté alimentaire : 2 500 m2 d'espaces agricoles seraient nécessaires pour nourrir un habitant (hors poissons et produits tropicaux) ; nous sommes aujourd'hui à 1 750 m2 par personne. Les principaux leviers pour réduire la dépendance du système alimentaire de l'aire métropolitaine lyonnaise sont l'évolution du régime alimentaire, la diminution des pertes alimentaires et l'évolution des modes de production. Validé en février dernier, le "projet alimentaire territorial" en faveur d’une alimentation durable pour tous, porté par Bruno Charles, vice-président de la métropole de Lyon en charge du développement durable, devrait être adopté fin 2020. À l'échelle de la région Auvergne-Rhône-Alpes, l'autonomie alimentaire est déjà possible : "non seulement les surfaces agricoles actuelles répondent aux besoins des 7,7 millions d'habitants mais elles pourraient également absorber sans mal la croissance de la population" écrit l'Observatoire des espaces agricoles et naturels*.

* In Le système alimentaire de l'aire métropolitaine lyonnaise, février 2016.

Biodiversité : un déclin significatif

Monde :entre 1970 et 2014,- 60 % des populations de vertébrés sauvages (poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles) ont disparu  (Sources : WWF 2018)

Lyon : 182 espèces sont menacées en Auvergne-Rhône-Alpes, dont 100 espèces de vertébrés (Source : Inventaire naturel du patrimoine naturel)

Si Auvergne-Rhône-Alpes est, avec Provence-Alpes-Côte-d'Azur, la région la plus riche de France en terme de biodiversité, celle-ci est "en déclin très important significatif" selon David Happe, chargé de mission "connaissance de la biodiversité" à la Dreal*. Avec ce bémol que les scientifiques ont une vision "très partielle des choses, de nombreuses espèces étant très peu étudiées donc peu connues". En Auvergne-Rhône-Alpes, 182 listes rouges existent aujourd'hui : 182 espèces sont menacées d'extinction (86 espèces d'oiseaux, 82 d'insectes, 14 de mammifères, 6 d'amphibiens, 4 de reptiles). Sans compter le millier de listes rouges concernant la flore. À l'échelle régionale, selon LPO, entre 2002 et 2018, les oiseaux spécialistes ont chuté de 10,8 %. "On constate au final peu d'espèces qui déclinent totalement mais des diminutions importantes d'effectifs au sein des espèces." Plusieurs causes peuvent être identifiées : la disparition et la dégradation des milieux naturels (urbanisation, agriculture, déprise agricole), la pollution des ressources (cours d'eau...) et le changement climatique qui joue le rôle de catalyseur sur tous ces phénomènes. "Le changement climatique peut accélérer les invasions biologiques de certaines espèces dans certains territoires, ce qui a des effets sur les migration d'espèces. Certaines espèces d'oiseaux par exemple migrent vers le Nord à cause du relèvement des températures."

* Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement du territoire et du logement.
Photomontage @Lyon Capitale

Climat : on se brûle (déjà) les doigts

Monde : Entre 1880 et 2012, la température moyenne à la surface de la Terre a augmenté de 0,85°C (de 0,65 à 1,06 °C) (Source : GIEC)

Lyon : Entre 1959 et 2009, la température moyenne en Rhône-Alpes a augmenté de 1,5°C à 2°C (Source : Météo France)

"Dans le meilleur des cas, Lyon connaîtra d'ici la fin du siècle le climat de Madrid. Et si rien n'est fait, ce sera plutôt le climat d'Alger et la canicule de 2003 semblera alors un été frais " estime Alain Brisson, responsable études et climatologie du service météorologique dans le Centre-Est. "La vallée du Rhône canalise l'air chaud qui vient du sud" détaille le spécialiste. Selon Météo France, entre 1959 et 2009, la hausse des températures moyennes en Rhône-Alpes a été de 0,3°C à 0,4°C... par décennie. Soit un réchauffement global de 1,5°C à 2°C, c'est-à-dire entre 1 fois et demi et 2 fois et demi le réchauffement global mondial ! En Rhône-Alpes, les projections climatiques montrent une poursuite du réchauffement annuel jusqu'aux années 2050, quel que soit le scénario (sans politique climatique, avec politiques climatiques visant à stabiliser les concentrations en CO2 ou avec politiques climatiques visant à faire baisser les concentrations en CO2). À l'horizon 2071-2100, la hausse des températures hivernales pourraient dépasser les 4°C quand, celles estivales, franchiraient la barre des 6°C.
Si le défi de "contenir l'élévation de la température moyenne de la planète nettement en-dessous de 2°C par rapport aux niveaux préindustriels" (Accord de Paris, 2015) est mondial, l’action relève majoritairement du "local", et tout particulièrement des villes. Selon WWF, si la métropole de Lyon ne revoit pas ses objectifs de réduction des gaz à effet de serre (GES), elle aura, en 2031, dépassé son "budget carbone", à savoir le volume de GES maximum à émettre pour ne pas dépasser les 2°C de hausse de température. Selon WWF, il faudrait réduire de -95 % nos émissions de GES pour ne pas dépasser les 2°C (et de -80 % pour 1,5°C). Toujours selon WWF, un habitant de la métropole de Lyon émet 7,4 tonnes d'équivalent CO2 par an, soit 20,3 kilos de CO2 chaque jour. Il faudrait qu'il n'émette plus que 8,8 kilos de CO2 par jour pour ne pas dépasser les 2°C de plus.

* en Auvergne, entre 1959 et 2009, la hausse des températures moyennes a été de 0,3°C. Soit 1,5°C.

Etalement urbain, ennemi public n°1

Monde : 25 % des sols continentaux sont dégradés (Source Rapport soLAW de la FAO – 2011)

Lyon : Depuis 2010, l'équivalent de 2 terrains de foot d'espaces agricoles sont artificialisés chaque semaine (Source : Observatoire métropolitain du développement durable, novembre 2018)

Dans la métropole de Lyon, 738 hectares d’espaces agricoles ont été artificialisés entre 2000 et 2010, 426 entre 2010 et 2015. Soit, en 15 ans, l'équivalent de 107 terrains de foot par an, 2 par semaine. "Ce ralentissement devra être confirmé, la production de logements (forte) impactant cependant moins la consommation d’espace et les exploitations agricoles, que les activités économiques et les infrastructures nouvelles" note l'Observatoire métropolitain du développement durable du Grand Lyon dans son dernier rapport. "Dans la plaine du Forez, la zone la plus fertile de France, au lieu de la préserver, on construit des zones industrielles, c'est un non sens." poursuit Bruno Charles, vice-président de la métropole en charge de la biodiversité. Selon un rapport réalisé par une centaine de chercheurs bénévoles de 45 pays pour le compte de la Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES), 40 % de l'humanité est touchée par la dégradation des sols, un seuil critique. Or, selon l'étude, en restaurant les sols, nous pourrions réduire les émissions d’un tiers d’ici 2030, permettant de respecter l’accord de Paris pour contenir le réchauffement à 2 °C. D'près les dernières données locales de Météo France, la comparaison du cycle annuel d'humidité du sol sur Rhône-Alpes entre la période de référence climatique 1961-1990 et les horizons temporels proches (2021-2050) ou lointains (2071-2100) sur le XXIe siècle montre un assèchement important en toute saison. En termes d'impact potentiel pour la végétation et les cultures non irriguées, l'évolution des températures moyennes se traduit par un allongement moyen de la période de sol sec de l'ordre de 2 à 4 mois tandis que la période humide se réduit dans les mêmes proportions.

Eau : il y a de l'eau dans le gaz

Monde : 45 pays sont en état de pénurie, dont 29 en état de pénurie extrême et 20 % des ressources souterraines sont surexploitées et risquent un épuisement rapide (Source : FAO 2014)

Lyon : 26 % des masses d’eau souterraines de la métropole ne sont pas dans un "bon état général" en 2021 (Source : Observatoire métropolitain du développement durable)

"L’état quantitatif de la ressource en eau (de la métropole de Lyon, NdlR) est globalement satisfaisant. 87 % des masses d’eaux souterraines étaient en bon état quantitatif en 2013. Mais la qualité des masses d’eau superficielles et souterraines est altérée, 86 % des masses d’eaux superficielles et 26 % des masses d’eaux souterraines n’atteindront pas les objectifs réglementaires fixés pour 2021." écrivait en novembre 2018 l'Observatoire métropolitain du développement durable du Grand Lyon. Or ces masses d'eaux sont fortement dépendante du climat. Dans ses "Tendances des évolutions du climat au XXIe siècle en Rhône-Alpes", Météo France prévoit un assèchement des sols de plus en plus marqué au cours du XXIe siècle en toute saison. Le stress hydrique sera de plus en plus fort. "Le changement climatique se traduit par un accroissement des températures, entraînant une augmentation de l’évapotranspiration. Les conséquences en sont les suivantes : au niveau hydrologique, une diminution de l’eau restituée au milieu sous la forme de ruissellement et d’infiltration dans les nappes." explique l'Observatoire régional des effets du changement climatique. Dans la station de Bron, l'évapotranspiration a ainsi augmenté de +11,1 % entre les deux périodes de trente ans 1957-1986 et 1987-2016. L'enjeu de l'eau, c'est sa potabilité. Or, avec l'assèchement interannuel et pluriannuel des nappes phréatiques, les nitrates se retrouvent en concentration plus importante. Si la nappe alluviale du Rhône ou l’île de Crépieux-Charmy est le site principal d’alimentation en eau potable de l’agglomération lyonnaise, d’autres champs captant ont été ouverts, pour diversifier et sécuriser l’approvisionnement en eau potable de l’agglomération. Il en est ainsi de la nappe phréatique de l'Est lyonnais. "Située dans un secteur soumis à de fortes pressions – importante croissance urbaine, installation d’activités industrielles dont la chimie et la métallurgie, maintien d’une activité agricole –, la nappe est vulnérable, explique Stéphanie Beauchêne de la Maison du fleuve Rhône. En dix ans, la nappe de l'Est lyonnais a perdu trois mètres, alors que la quantité de nitrates est la même. Résultat : elle n’est plus potable. Quant à la nappe alluviale de la Saône, elle est de plus en plus sollicitée à l'amont de l'agglomération. Si l’agglomération lyonnaise possède aujourd’hui de l’eau en abondance, il lui faut anticiper l’avenir pour préserver cette ressource" poursuit Stéphanie Beauchêne. Une consommation de 150 litres d'eau par jour et par habitant dans la métropole, c'est trop.

à lire également
Ce jeudi matin, Gérard Collomb a présenté un projet de végétalisation à Lyon à la place des voies de bus et emplacements cyclables, tandis que l'espace dédié aux voitures est majoritairement préservé. Ce projet expérimental, qualifié par certains de "greenwashing", a déclenché une vague de réactions négatives. 
6 commentaires
  1. Abolition_de_la_monnaie - 5 juin 2019

    Il est donc grand temps de réfléchir à un système économique qui respecte l'environnement !
    A quand un débat sur ce sujet ?
    Trop compliqué ? Les gens s'en foutent ?
    En attendant, l'équipe à Collomb et Kimefeld continue à bétonner des terres agricoles et à augmenter la minéralisation de la ville.

  2. vieux caladois - 5 juin 2019

    je ne suis guère spécialiste en écologie et la quantité de données de cet article me dépasse un peu...toutefois je rêve d'une écologie de prévision, de protection et de proposition ; ce que n'est pas l'écologie actuellement car il est souvent trop tard, ce qui fait que nous avons des mesures d'interdictions, d'obligations, de taxations (il ne faut pas, il faut, payez) . Là encore si on apprend aux gens, dans le respect des libertés individuelles, cela passerait mieux… un tout petit exemple dans les communes des environs lyonnais : maintenant la majorité des citoyens trient leurs déchets et des installations publiques ont été mises en place...on a expliqué, on a démontré et maintenant c'est acquis, il y a même des communes qui ont mis en place un système de composteurs et ça marche !

    1. Abolition_de_la_monnaie - 5 juin 2019

      Si vous voulez anticiper, alors ce n'est pas une fois qu'on a produit des déchets qu'il faut réagir, c'est à la source : ne pas les produire.
      Prenons plutôt modèle sur San Francisco.

      1. vieux caladois - 6 juin 2019

        des amis à moi ont participé, il y a …, aux préparations du sommet de Rio, auprès des services de l'ONU en Suisse : à l'époque j'avais pu lire de très nombreuses propositions, dont certaines très simples à mettre en ordre...mais tout cela est resté lettre morte !

        1. Abolition_de_la_monnaie - 6 juin 2019

          Normal, c'est l'économie monétaire et ses impératifs qui doivent primer !
          Tant que l'humanité n'a pas compris qu'il faut construire une réelle autre société loin de toutes les magouilles qui ont été faites dans le passé, on est condamné à revivre encore et toujours les mêmes problèmes.

  3. Terralyon69 - 10 juin 2019

    Le problème vient d’abord de l'absence de prise de conscience du plus grand nombre (et des hommes politiques qui ne sont que les exécuteurs testamentaires de leurs électeurs.).
    Cet article fait écho notamment aux questions visant l’énergie, le transport...., et aux conférences de Jean-Marc Jancovici. (qui gagne à être connu)
    On l’y voit notamment auditionné à l’Assemblee Nationale ou au Sénat....et là, on comprend mieux pourquoi ceux dont la mission est d’agir ...ne font rien.

    Ils sont très peu nombreux pour l’écouter , et parmi ceux (des élus) qui sont présents , on voit bien qu’ils ne sont pas au niveau (c’en est à pleurer ).
    La seule bonne nouvelle dans tout cela : le système se rééquilibrera de lui-même
    La question est de savoir si l’espèce humaine pourra trouver sa place dans ce nouvel équilibre....

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut