(Photo by GUILLAUME SOUVANT / AFP)

Coronavirus : le Rhône dépasse les 300 de taux d'incidence, les hospitalisations augmentent

Le taux d'incidence a dépassé les 300 dans le Rhône, et confirme la circulation grandissante du virus dans le département. Au plus bas mi-juillet, les hospitalisations repartent aussi à la hausse.

La France est entrée depuis quelques semaines maintenant dans une nouvelle vague de l'épidémie. Et le Rhône n'y échappe pas. Son taux d'incidence est même supérieur à la moyenne nationale. Cette nouvelle vague est différente du fait de la vaccination : 61,5 % de la population a reçu au moins une dose de vaccin, et les classes d'âge les plus élevées sont en grande partie vaccinées.

Le virus circule majoritairement chez les moins de 40 ans. Et pour la première fois, si les hospitalisations augmentent, elles ne suivent pas la même courbe exponentielle que le taux d'incidence. Malgré tout, les admissions en réanimation augmentent et on retrouve en grande partie des personnes de plus de 60 ans à l'hôpital.

Le taux d'incidence continue de grimper

Le taux d'incidence est un indicateur clé. Il détermine le nombre de cas positifs sur les 7 derniers jours pour 100 000 habitants sur une semaine glissante. C'est un très bon moyen de mesurer le degré de circulation du virus, à un instant t, sur un territoire. Dans le Rhône il est de 300 sur la semaine du 19 au 26 juillet, contre 206 au niveau national. Il était de 248 dans le département pour la semaine du 16 au 22 juillet.

Plusieurs départements en France, dont le taux d'incidence dépasse les 600 dont la Haute-Corse ou les Pyrénées-Orientales, ont pris des arrêtés comme le port du masque en extérieur ou la fermeture des bars plus tôt dans la soirée pour limiter la circulation du virus. Dans la région, la préfecture de Savoie, dont le taux d'incidence est de 272, a décidé que le masque devrait être porté à l'extérieur dans quatre communes du département.

Le variant Delta, plus contagieux que la souche alpha et que le variant britannique, est une des causes de la diffusion rapide du virus. Lors de cette quatrième vague, le virus circule majoritairement chez les moins de 40 ans. Les 20-29 ans représentent 36,8 % des nouveaux cas recensés le 26 juillet.

Les plus de 60 ans restent les plus représentés dans les hôpitaux

Au 29 juillet, 179 personnes hospitalisées sont hospitalisées dans le Rhône. C'est 30 de plus que le 25 juillet. Parmi ces 179 personnes, 40 sont en réanimation. Un chiffre qui a presque doublé en cinq jours. Sur la semaine du 22 au 29 juillet, on compte 5 nouveaux décès du covid-19 dans le département.

Mi-juillet, les hospitalisations étaient au plus bas dans le Rhône. Un niveau qui n'avait pas été atteint depuis septembre 2020. Elles augmentent légèrement depuis le début de la quatrième vague, et le nombre de nouvelles hospitalisations s’accélère, sans toutefois suivre le même rythme exponentiel que le taux d'incidence.

Si nous ne disposons pas de ces chiffres dans le Rhône, nous pouvons observer les hospitalisations par classe d'âge au niveau régional. Sur les 640 personnes hospitalisées en Auvergne-Rhône-Alpes le 29 juillet, plus de 70 % ont au-dessus de 60 ans. Même si cette classe d'âge est plus largement vaccinée, elle se retrouve en grande majorité dans les hôpitaux.

Une vaccination qui progresse

Dans le Rhône, plus de 62 % de la population a reçu une première dose de vaccin et 53,3 % est complètement vaccinée. Si les moins de 40 ans sont en moyenne moins vaccinés que leurs aînés, leur couverture vaccinale augmente très rapidement. Au 11 juillet, 23 % des 18-24 ans, 28 % des 25-29 ans étaient vaccinées et 32 % des 30-39 ans étaient vaccinés.

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut