Le quartier des Gratte-Ciel est l’un des secteurs les plus en vue à Villeurbanne. Les prix aux augmenté de 15% en 5 ans. @Antoine Merlet

Coronavirus : des maraudes hebdomadaires à Villeurbanne pour les sans-abri

La ville de Villeurbanne a identifié “une douzaine de lieux de vie informels” où elle a mis en place des maraudes pour aider les sans-abri. 

Le Centre communal d’action sociale (CCAS) de Villeurbanne, en lien avec les associations Alpil (Action pour l’insertion par le logement) et Bagage’Rue, organise des maraudes chaque semaine pour apporter une aide alimentaire et des produits d’hygiène dans des lieux de vie informels du territoire. Ces maraudes visent les sans-abri, particulièrement impactés, par cette crise. “Les repas des enfants, habituellement pris à la cantine de l’école et soutenus par le tarif social de la Ville, ne sont plus servis, certains lieux ressources ont fermé, la promiscuité et les difficultés d’accès à l’hygiène les exposent davantage… Des conditions qui tendent à exacerber le sentiment d’isolement et d’angoisse”, décrit la ville de Villeurbanne. 

En tout, la municipalité villeurbannaise a pu identifier une douzaine de lieux de vie informels sur lesquels intervenir en faisant remonter les analyses des différents acteurs (l’Alpil, les Amis de la rue, le Samu social de la Croix-Rouge et celui d’Alynéa). La Fondation Abbé-Pierre  par ailleurs donner 10 000 euros au centre communal d’action sociale ce qui a permis d’acheter des produits d’hygiène (couches pour bébé, savon liquide, mouchoirs, brosses à dents…).

Faire défiler vers le haut