Coronavirus à Lyon : les hospitalisations sous la barre des 1 000 dans le Rhône

Le nombre des hospitalisations de patients atteints par le coronavirus COVID-19 repasse sous la barre des 1 000 dans le Rhône. De même, le taux d'occupation des lits en réanimation par rapport aux capacités initiales est inférieur à 60 %. Deux seuils importants ce 7 mai. Découvrez le bilan complet en Auvergne-Rhône-Alpes.

Ce jeudi 7 mai, toute la région Auvergne-Rhône-Alpes est en vert sur la carte de synthèse de l'épidémie de Coronavirus COVID-19.

2 206 patients sont actuellement hospitalisés (- 93 depuis les dernières 24 heures), dont 276 dans les services de réanimation (- 20). On compte également 142 retours à domicile (pour un cumul de 5 596 personnes guéries).

Si la pression baisse toujours, 77 nouvelles personnes ont été hospitalisées ces dernières 24 heures, un chiffre encore élevé qui témoigne d'une circulation du virus. 

25 sont également mortes à l'hôpital, soit un bilan de 1 462 décès depuis début mars. 

Dans le Rhône, avec 980 personnes actuellement hospitalisées (-32), le bilan repasse sous la barre symbolique des 1 000. 38 nouvelles personnes ont néanmoins été hospitalisées durant les dernières 24 heures 

Par ailleurs, on compte 112 patients dans les services de réanimation du département ou soins intensifs (-10 en 24 heures). Avec une capacité initiale de 202 places en réanimation avant l'épidémie, le taux d'occupation des lits, 55 %, passe sous une autre barre symbolique, celle des 60 %. Or c'est cette donnée qui permet, entre autres, au département et la région d'être classés verts.

Enfin, 10 décès supplémentaires à l'hôpital s'ajoutent à un bilan désormais de 559 morts depuis début mars. 

Si lundi 11 mai, le déconfinement débutera, il restera impératif d'éviter une deuxième vague en conservant les gestes barrière, en limitant ses déplacements et en prenant soin des plus fragiles. 

à lire également
Le nombre de cas positifs de coronavirus ne cesse d'augmenter à Lyon et dans la région. Dans les hôpitaux, ce vendredi soir, la hausse du nombre de patients se poursuit. Mais, pour l'instant, elle n'est pas exponentielle comme lors de la 1ère vague.
Faire défiler vers le haut