Coronavirus à Lyon : ils revendent des masques sur le Bon Coin et Vinted

Pour certains, toutes les occasions sont bonnes pour faire des affaires, arrondir ses fins de mois et le coronavirus est une aubaine. Les annonces pour vendre de masques classiques ou FFP2 à prix fort se multiplient sur Le Bon Coin et Vinted, notamment dans des villes comme Lyon où ils sont en rupture de stock.

vendre, masques anti-coronavirus", "3000 masques FFP2 en vente à Lyon, 29 euros la boite de 5"... Depuis lundi, les petites annonces se multiplient sur les sites comme Le Bon Coin ou Vinted. Même si les plateformes suppriment rapidement les messages, certains particuliers tentent de profiter de la situation liée au coronavirus dans l'hexagone et l'angoisse qui a pris quelques citoyens. À Lyon, les masques FFP2 sont en rupture de stock dans les pharmacies (lire ici), ce qui a eu tendance à faire flamber les prix de ce marché parallèle.

Clément* a acheté une vingtaine de masques autour de dix euros pièce, il les revend 20 euros en ligne, "les annonces ne restent pas longtemps, mais ils sont tous partis", confie-t-il. C'est la suspicion d'un cas de coronavirus à Lyon Perrache qui lui a donné l'idée de revendre des masques "J'ai fait deux pharmacies lundi matin, j'ai posté les annonces derrière, je n'en ai même pas gardé pour moi", s'amuse-t-il. Nolan* les avait déjà sous la main "avec son travail", précise-t-il. Lui aussi les revend une vingtaine d'euros, "même sur Amazon, c'est la rupture de stock, on rend service aux gens qui n'en trouvent pas".

Dans tous les cas rencontrés, ce sont des particuliers qui ont décidé d'arrondir ainsi leur fin de mois à coups d'opérations qui leur permettent de gagner cent ou deux cents euros avec quelques masques, le tout non déclaré. Des pratiques à l'image de ceux qui achètent des cadeaux susceptibles d'être en rupture de stock avant Noël, pour mieux les revendre au prix fort à l'approche de la date fatidique.

Des masques qui ne sont pas conseillés

Pourtant, dans l'état actuel de l'épidémie de coronavirus, le port d'un masque chirurgical est uniquement conseillé pour ne pas contaminer son entourage, mais ne protège pas d'une contamination extérieur. Par ailleurs, il n'est pas conseillé de porter de masques FFP2, plus complexes et réservés avant tout au personnel médical. Ces mêmes masques ont une durée d'utilisation maximum autour de trois heures, les garder au-delà est inutile, les utiliser alors que cela n'est pas nécessaire, du gaspillage.

Un nouveau terreau pour les arnaques

Ainsi, ces produits issus du marché parallèle ne garantissent pas qu'ils n'ont pas déjà été utilisés ou dans quelle condition ils ont été stockés. Ils servent surtout à calmer les angoisses de certains, ce qui entraîne également l'apparition d'arnaques liées au coronavirus. Dans des annonces, certains masques traditionnels sont présentés comme "des barrières contre la maladie", ce qui n'est pas le cas. Des produits qualifiés de "masques FFP2" n'en sont tout simplement pas. D'autres vendent de gros volumes, mais demandent un paiement en mandat cash, souvent synonyme d'une escroquerie et la garantie de ne jamais rien recevoir.

Aujourd'hui, se précipiter sur ces annonces ne sert à rien. Les gestes barrières du quotidien restent plus efficaces comme se laver régulièrement les mains au savon ou avec une solution hydroalcoolique, tousser dans son coude, utiliser des mouchoirs jetables ou limiter les contacts physiques.

*prénoms modifiés à leur demande

1 commentaire
  1. raslebol69 - 26 février 2020

    Masques neufs ou d'occasion (et contaminés)? Quand c'est vendu ainsi tout est possible.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut