Coronavirus à Lyon : beaucoup de nouveaux malades dans le Rhône, le taux d'incidence ne baisse plus

Le taux d'incidence est un indicateur clé. Il est surveillé de très près par les autorités. Il permet de mesurer la circulation du virus sur un territoire à un instant t. A Lyon, il ne baisse plus depuis une semaine. Qu'est-ce que cela veut dire ? Il y a autant de testés positifs cette semaine que la semaine précédente.

La circulation du virus se stabilise dans le département du Rhône. Attention. Après trois semaines de baisse, le nombre de cas positifs se stabilise à Lyon et dans le Rhône.

C'est simple, au plus fort de la 2e vague dans le Rhône, le taux d'incidence était autour de 900 entre le 26 octobre et le 8 novembre. Et même autour de 1100-1200 dans la Loire.

Le virus circule encore beaucoup avant les fêtes

Depuis le 8 novembre, ce taux d'incidence, un indicateur clé, a baissé assez nettement. Le taux d'incidence permet de mesurer la circulation du virus sur un territoire à un instant t. Il détermine le nombre de cas positifs lors des 7 derniers jours pour 100 000 habitants.

Mais depuis le 26 novembre, il s'est stabilisé autour de 150 dans le Rhône. Il a bien baissé mais il reste assez élevé, surtout avec la perspective des fêtes de fin d'année. Le virus circule encore beaucoup dans le département. Prudence...

Lire aussi : Coronavirus à Lyon : le point dans les hôpitaux de la région lundi matin, tout ce qu'il faut savoir

6 commentaires
  1. Abolition_de_la_monnaie - lun 7 Déc 20 à 11 h 53

    Vu le monde incroyable de personnes dans les centres commerciaux, vu que les consommateurs pensent surtout à leurs achats et beaucoup moins aux gestes barrières, ces chiffres sont même étonnamment bas (même si ils sont à 150 au lieu de 50 le seuil d'alerte).
    Vive le commerce ! Le commerce c'est la vie ! 😀

  2. bill bob - lun 7 Déc 20 à 12 h 33

    ca confirme que la deuxième vague qui était attendue par les statisticiens plus longue , le sera.
    Donc on ne redescendra pas très bas, comme en juin juillet, mais dans le même temps, on aura pas non plus une explosion du taux d'occupation des réanimations.
    Par contre, il y aura au final bien plus de morts sur la deuxième vague (au moins 4 fois plus en Auvergne Rhône Alpes)

    A partir de janvier , si on commence à vacciner les +65ans (~14millions de pers moins les pouillemes de crétins jaunes biensur), tout devrait se régler courant 1er semestre .

    On tient le bon bout, mais il reste encore 5 ou 6 mois avant la fin de la pandémie.

    Alors on oublie JAMAIS que plus de 90% des morts ont 65 ans ou plus.

    1. Abolition_de_la_monnaie - lun 7 Déc 20 à 12 h 57

      Tant pis pour les 1% de morts de 15 à 44 ans ?
      Tant pis pour les autres victimes toujours vivantes mais qui ont des séquelles les rendant fragiles ?

  3. ines perret - lun 7 Déc 20 à 17 h 23

    Staline en a rêvé, le Covid l'a fait.....

    1. Abolition_de_la_monnaie - lun 7 Déc 20 à 17 h 52

      Vous auriez pu utiliser la référence à Hitler (vous savez, le gars d'extrême droite) qui lui en plus du totalitarisme, appréciait l'élimination des plus faibles...
      Non ? Gênant politiquement ?

  4. Abolition_de_la_monnaie - lun 7 Déc 20 à 17 h 52

    Vous auriez pu utiliser la référence à Hitler (vous savez, le gars d'extrême droite) qui lui en plus du totalitarisme, appréciait l'élimination des plus faibles...
    Non ? Gênant politiquement ?

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut