Service de réanimation de l’hôpital de la Croix-Rousse des Hospices Civils de Lyon (Lyon 4e). @Lionel De Souza _ avril 2020

Coronavirus à Lyon : 60 % des patients en soins critiques dans la région ont moins de 70 ans

L'ARS Auvergne-Rhône-Alpes a demandé ce mercredi 7 avril à tous les hôpitaux publics et privés de l'ensemble de la région Auvergne-Rhône-Alpes de déprogrammer l'ensemble des opérations non urgentes pour une durée de deux semaines. Pour ouvrir de nouveaux lits de soins critiques notamment.

La situation sanitaire se dégrade dans les hôpitaux de la région. Avec une hausse du nombre de patients hospitalisés depuis quelques jours.

L'ARS demande ainsi "aux directeurs de tous les établissements publics et privés de la région de déprogrammer l'ensemble des activités chirurgicales et interventionnelles non urgentes et sans perte de chance avérée à court terme pour les patients, ainsi que l'activité de chirurgie ambulatoire". "Après une déprogrammation progressive d'ores et déjà engagée dans une grande partie de la région, il convient aujourd'hui d'augmenter rapidement à la fois les capacités d'accueil en service de réanimation et les capacités d'hospitalisation conventionnelle en médecine", explique l'ARS Auvergne-Rhône-Alpes.

Ce mercredi 7 avril, 630 patients sont hospitalisés en soins critiques des suites du covid-19 en Auvergne-Rhône-Alpes.

Sur ces 630 patients :

  • + de 80 ans : 40 (soit 6,5 %)
  • entre 70 et 79 ans : 208 (soit 33 %)
  • entre 60 et 69 ans : 201 (soit 32,5 %)
  • entre 50 et 59 ans : 108 (soit 17,5 %)
  • entre 40 et 49 ans : 40 (soit 6,5 %)
  • entre 30 et 39 ans : 16 (soit 2,6 %)
  • - de 30 ans : 5 (soit 0,1 %)

Lire aussi : Coronavirus à Lyon : ça se dégrade dans la région, l'ARS demande à tous les hôpitaux de déprogrammer toutes les opérations non urgentes

3 commentaires
  1. Fttf7 - mer 7 Avr 21 à 23 h 25

    Un peu racoleur comme titre.
    On peut aussi dire que 72% des malades ont plus de 60 ans.
    Ça fait tout de suite moins sensationnel, et puisque tt les 80+ sont vaccinés, il n'y a rien d'incroyable dans cette news.

    Modéré
  2. bill bob - jeu 8 Avr 21 à 11 h 15

    les moins de 30 ans ne sont pas touchés, c'est impressionnant. Variant ou pas , les moins de 30 ans ne sont pas à hôpital.
    Le vrai risque covid (même avec les "terribles" variants...) sur le seul critère de l'age (même s'il y a fort à parier que les patients admis ont déjà d'autres maladies graves , en plus du covid, mais prenons le cas le plus défavorable) situe les personnes à risque à partir de 45-50 ans.
    En dessous, ca représente toujours très très peu de monde. Trop peu pour arrêter l'économie et entraver les libertés. Avec ou sans variant.
    Concernant l'age moyen des malades, il est forcement en baisse, évidemment sans aucun lien avec les version 2021 du virus, qui ne sont pas plus sympas avec les vieux, mais simplement parce ces plus vieux sont les plus vaccinés.
    Au passage, c'est un choix des décideurs Français de vacciner prioritairement les plus de 75ans, donc retraités et non productifs, et de ne pas vacciner les plus de 45 ans déjà malades , qui sont eux bien plus actifs.
    A noter que d'autres pays dans le monde n'ont pas choisi de sauver les plus vieux et inactifs en premier. C'est vraiment un choix . Un choix un peu bizarre, surtout dicté par la surcharge des hôpitaux. Même si on voit aujourd'hui qu'en fait, il y a encore surcharge... dommage pour la super stratégie..... et dommage pour ceux qui seront en vie et productifs pendant les 20 prochaines années : il va falloir payer.
    Heureusement, quand tous les plus de 45ans à risque seront vaccinés, avec ou sans variant, il n'y aura plus de saturation des hôpitaux. Ce qui fait que le problème devrait être réglé à 90% ( la surcharge des hôpitaux qui déclenche les suppressions de liberté et arrêt de l'économie) au mois de septembre. Avec ou sans variant. A condition d'ici là de vacciner VITE les plus à risque parmi les 31 337 599 personnes de plus de 45 ans (insee en 2021).
    Ce qui au passage, devrait représenter 25 millions de personnes tout au plus. Donc 50 millions de doses bien ciblées suffiraient. Sauf qu'il faudrait être capable de cibler intelligemment, et d'administrer avec discernement ces vaccins. Et sur ce plan, comment dire....

    Signaler un commentaire inapproprié
    1. Pije - jeu 8 Avr 21 à 14 h 34

      Si vous voulez suivre les chiffres de la vaccination regarder ce site
      covidtracker.fr/vaccintracker/

      Comme pour le loto, il y a peu de chance d'être durement touché et encore moins pour certaines tranches d'âge mais quand on est hospitalisé en soins critiques, les chances de ne pas ressortir vivant sont très importantes.

      A vous écouter il fallait confiner que les vieux sans aucun contact avec les jeunes. Etes vous bien certain que cela aurait pu fonctionner ?
      Un exemple un couple entre 45 et 50 ans avec des enfants entre 15 et 20 ans c'est pas anormal. Comment font il pour ne plus se côtoyer ?

      Quelle solution magique avez vous ?

      Signaler un commentaire inapproprié

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut