Corbas : 30 gendarmes et des hélicoptères pour l'arrestation d'un seul homme

L'alerte donnée par les victimes a provoqué un déferlement de gendarmes à Corbas. Un homme visiblement dangereux menaçait ses voisins et des membres de sa famille avec des armes blanches, un couteau et un marteau.

Le 13 août dernier, une importante action de gendarmerie a eu lieu à Corbas. Un homme d'une quarantaine d'années, psychologiquement perturbé, toxicomane, connu des services de gendarmerie pour être violent, a menacé de mort ses voisins et sa famille avec un couteau et un marteau. Retranché chez lui, l'homme serait devenu incontrôlable. La famille est néanmoins parvenue à contacter la gendarmerie.

A 15 heures, 6 agents de la brigade territoriale étaient en route, accompagnés d'une quinzaine de militaires du peloton de sécurité et d'intervention de la gendarmerie de Bron. Deux négociateurs régionaux ont été appelés en renfort pour tenter de raisonner l'individu dont l'excitation montait. À cet important dispositif se sont ajoutés des hélicoptères de la gendarmerie, des escortes en moto, et le peloton d'intervention deuxième génération d'Orange (Vaucluse). Le représentant du maire de Corbas était aussi présent.

Il a fallu deux heures et demie aux forces d'intervention pour entrer en contact avec l'homme et l'interpeller. Il est finalement sorti de chez lui et a été maîtrisé sans violence. Une dizaine de pompiers venant de Genas et un médecin de Saint-Priest étaient également là pour gérer d'éventuels blessés. Ils ont pris en charge l'individu qui a par la suite, et sur la demande d'un tiers, été placé à l'hôpital Edouard-Herriot où il bénéficiera d'un suivi psychologique. Une enquête judiciaire à tout de même été ouverte. L'état mental grave de l'homme laisse entendre qu'il ne passera pas par la case prison.

à lire également
villefranche prison
L’appel au blocage des syndicats Ufap-Unsa et CGT Pénitentiaire a trouvé écho dans le Rhône. Dès 6 heures ce matin, des employés se sont mobilisés à l’entrée des prisons de Corbas, Villefranche, mais aussi Roanne ou Saint-Étienne. Si certains mouvements ont été dispersés par la police, d’autres se poursuivent.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut