Marine Le Pen en meeting à la Cité internationale de Lyon
© Tim Douet

Conseil national du FN à Lyon : "une volonté de décentralisation"

Ce vendredi aura lieu à Lyon le Conseil national du Front national. Au programme surtout, le changement de nom du parti. Pour les élus locaux, ce nouveau nom annonce sa refondation, et une nouvelle dynamique.

Ce vendredi, le Front national devrait devenir Rassemblement national. Une nuance qui a son importance pour Antoine Mellies, conseiller municipal FN de Givors, et conseiller régional. "Quand on se présente en tant que Front national, il faut surtout se justifier, parce qu’on est systématiquement jugé sur ce nom. Le programme en revanche est bien plus accepté. Cette idée de rassemblement me convient très bien.” Un changement de nom qui n’est pas seulement “peindre une vieille façade", pour l’élu de Givors : "Il faut que ce changement de nom soit associé à une refondation des fonctionnements du parti, et c’est ce qu’il se passe", se félicite Antoine Mellies. Christophe Boudot, président du groupe FN à la région, avoue que le nom actuel lui allait aussi, bien qu’il trouve dans le terme "rassemblement", l’écho de la volonté du parti de travailler en accord avec d'autres formations politiques.

Lyon, une nouvelle dynamique pour le Front national ?

La capitale des Gaules est au cœur de l’actualité frontiste. La nouvelle école de Marion Maréchal n’y est pas pour rien. "Lyon pourrait être un étage ou un outil dans la reconstruction du parti. J’ai toujours plaidé pour une décentralisation. C’est évidemment difficile d’être ailleurs qu’à Paris, mais il faut se décentraliser", assure Christophe Boudot. Si le président du groupe à la région entrevoit à Lyon un nouveau champ des possibles, Antoine Mellies préfère rester prudent : "Lyon est évidemment une ville importante pour le Front national, mais il y a aussi Marseille par exemple." Muriel Coativy, secrétaire département du FN, partage cet avis : "Il y a une véritable volonté de décentralisation, c’est un des grands principes de la refondation, mais je ne pense pas qu’il faille voir le choix de Lyon comme une décision de se positionner pour les élections municipales".  Quant aux sujets abordés lors du Conseil, ils n’ont pas encore été dévoilés pour l’instant. Seule certitude, les urnes seront dépouillées pour acter, ou non, le nouveau nom du parti frontiste.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut