Vélos sur les berges du Rhône à Lyon

Censé faciliter les déplacements à Lyon : c'est quoi un REV ?

La mobilité sera au cœur des enjeux pour les élections métropolitaines et municipales de Lyon 2020. Si certains imaginent un RER à la lyonnaise pour les trains, d'autres veulent développer un "REV" pour encourager les mobilités actives et faciliter les déplacements.

Lors de la campagne pour les élections métropolitaines et municipales de Lyon, plusieurs candidats proposent de construire un REV, "réseau express vélo". L'acronyme peut paraître obscur au premier abord, surtout que pour cette campagne, certains élus imaginent également un REM "réseau express métropolitain", qui lui repose sur les trains. REV et REM sont tout à fait compatibles

L'idée d'un "réseau express vélo" n'est pas nouvelle. À Lyon, elle est portée par les associations comme La Ville à vélo depuis plusieurs années. On retrouve également des "REV" dans les grandes métropoles européennes, notamment celle au nord du continent. Aux Pays-Bas, ces réseaux existent depuis une vingtaine d'années.

Un cahier des charges précis

Dans leur plan vélo, les associations cyclistes  de la métropole de Lyon ont posé les jalons de ce REV (lire ici). Il se composerait ainsi de pistes cyclables en site propre, séparées des voies routières et piétonnes pour une largeur de 3,5 mètres minimum. En toile, ce réseau permettrait de relier les communes de périphérie à périphérie et vers le centre de la métropole.

Pour imaginer ce REV, il pourrait s'apparenter à une forme de réseau métro / TER idéal sur lesquels circuleraient des cyclistes à la place de rames ou de trains. La comparaison est d'autant plus valable que les REV sont souvent représentés de manière stylisée comme des réseaux de transport en commun, avec des lignes, correspondances et jalonnements. Le réseau est également accompagné d'un écosystème complet avec stations de pompage, points d'information, proximité des ateliers de réparations.

Une épine dorsale

"Le REV est une épine dorsale qui viendra en complément du maillage cyclable de la métropole. Dans certains pays, il y a des réseaux de ce type depuis 20 ans et des adolescents font 20 kilomètres par jour à vélo de manière sécurisée grâce à cela", rappelle la Ville à vélo. Par ailleurs, au-delà des déplacements classiques à bicyclette, il peut être utilisé par les nouveaux engins de déplacement personnels comme les trottinettes, mais aussi les livreurs à vélo dans l'une des batailles de demain : celle du dernier kilomètre.

À Lyon, on pourrait penser que les berges de Rhône pourraient être considérées comme un REV. Néanmoins, cette voie verte ne sépare pas les modes, on y retrouve parfois cars pour les bateaux et camion de livraison, tandis que la largeur est insuffisante sur plusieurs secteurs.

Pour l'écosystème autour, il est inexistant. Reste que les berges peuvent servir de base pour construire le REV de la métropole de Lyon si des aménagements étaient effectués. Face à des infrastructures routières ou de transports en commun type métro qui demandent une dizaine d'années pour apparaître, le réseau express vélo a l'avantage de pouvoir être déployé en un an, voire deux. L'urgence en termes de mobilité à Lyon étant maintenant (lire ici), il pourrait bien s'agir de l'un des outils les plus rapides pour améliorer les déplacements dans la métropole.

5 commentaires
  1. Bernard Girard - 17 janvier 2020

    Bonjour

    Il ne faut pas se leurrer, dans bien des cas la réalisation du REV (et des aménagements cyclables de "deuxième rang") passe par la suppression totale du stationnement sur au moins un des côtés des rues ou avenues, ou l'enlèvement d'une file de circulation automobile sur d'autres.

    On commence par des axes lourds ?
    - Réserver sur l'axe nord sud et la rive droite du Rhône, de Saint Clair à Pierre-Bénite, la chaussée la plus proche des immeubles aux vélos et autobus - sans discontinuité.
    - Avenue Franklin Roosevelt et Route de Genas dans Bron (et à Lyon-Montchat)
    - Avenues de la République, Charles de Gaulle et Victor Hugo à Tassin
    - Chemin de Charrière Blanche à Ecully
    - etc...

    Chiche, Mesdames Messieurs les candidats ?

    1. Abolition_de_la_monnaie - 17 janvier 2020

      Oulala, prendre le risque de se mettre à dos les automobilistes-électeurs ? 🙂
      La question est : "comment arriver à les convaincre qu'abandonner leur voiture est une bonne chose... ?"
      (Transports en commun gratuits ? Plan vélo à faire connaître à tous ?)

  2. Galapiat - 17 janvier 2020

    Je fais court, quelle idée à la C.n, dans certains pays, lesquels ?.

  3. MLBRLyon - 17 janvier 2020

    Aujourd'hui, on peut faire son trajet boulot Ecully - Bron ou similaire en 50 minutes à rythme normal pour un cycliste non sportif, ou bien 40-45 en VAE (sachant que la grande majorité des pendulaires de l'agglo ont un trajet plus court que cela). L'enjeu du REV est de baisser encore ces temps de 20 à 30% pour améliorer encore la compétitivité du vélo. Il est tout simplement indispensable de créer ces axes forts tout comme ils existent pour les autres modes de transport afin de remettre un peu d'équilibre, même si la voiture restera favorisée par des autoroutes pénétrantes, voies rapides urbaines et autres.

    1. Galapiat - 17 janvier 2020

      faut il choisir avant, pompiers ou ambulance privée, qui nous récupérerons vu l’attitude des motorisés PL, VL face aux cyclistes, choix risqué sans pistes en sites propres sécurisés bien à l'écart. Dans ce cas précis l'exemple allemand est un modèle (Stuttgart). Mais ils ont débutés il y a fort longtemps.

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut