Carlos, chauffeur de bus et gréviste de la faim

Il espère pouvoir sensibiliser le public et lui faire comprendre " qu'ils sont partenaires et pas adversaires ".

Il a le crâne rasé et un sac de couchage sur le dos. Louis Carlos Exposito a installé son bivouac sous le nez de l'agence TCL de la Part Dieu, sur le parvis de l'artère la plus fréquentée de Lyon. Autour de lui quelques collègues venus lui apporter soutien et réconfort après deux nuits passées dehors et près de 48 heures de jeûne militant. Il est installé sur un lit de camp. Une tente est prête à être montée si la météo tourne mal. Autour de lui quelques journaux, pour passer le temps, et les coupures de presse de son action. Il a le regard fatigué et répond quand on l'interroge que s'il est " trop fatigué pendant l'interview, il faudra interroger ses collègues qui connaissent aussi bien que lui son combat ". Mais ce n'est pas sa grève de la faim qui l'épuise le plus, ce sont les dix mois de négociations entre syndicats et direction de Keolis, l'entreprise qui exploite le réseau TCL. " Keolis remet tout en question, jusqu'au socle social " explique-t-il. L'entreprise est effectivement entrée depuis moins d'un an dans un processus de refonte du socle social, entre direction et syndicats.
" Un agitateur de manifestation "

Contactée par Lyon Capitale, la direction de Keolis affirme " comprendre ses motivations, mais sans pouvoir dialoguer d'avantage avec lui. La négociation est entreprise avec l'intersyndical et non avec chacun des 4300 salariés. Si n'importe quel salarié fait sa petite négociation dans son coin, ce n'est pas possible, on en arrive à une démarche stérile ". Louis Carlos Exposito est depuis deux semaines affilié au syndicat Sud, " mais tous les autres syndicats et la direction sont ligués contre Sud " selon ses affirmations. " On ne peut pas discuter directement avec lui pour une autre raison " précise la direction. " Lors de l'inauguration du tram T4 en avril dernier, Monsieur Exposito était à l'origine des agitations. Une photographie du Progrès (Voir photo) le montre en train de jeter des plateaux ". Après vérification, l'article comme la photo montre Carlos Exposito " évacuant pour ses petits camarades des plateaux de petits fours " comme l'affirme notre confrère. Ce gréviste de la faim, en plus de jeûner, semble même nourrir ses collègues.

Victor Guilbert

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut