Depuis le 17 août, jusqu’au 2 septembre, les Lyonnais peuvent venir se rafraichir au Parc de Gerland grâce à des brumisateurs. (Crédit Ville de Lyon)

Canicule à Lyon : la métropole propose une carte des lieux frais (parcs, plages, baignades, fontaines à eaux)

La métropole de Lyon a publié une carte des lieux frais pour aider les habitants à supporter cet épisode de canicule.

Alors que le département du Rhône rejoignait la liste des départements placés en vigilance orange en raison de l’épisode de canicule, la métropole de Lyon publiait, elle, sa carte des lieux frais. La collectivité a compilé ses 1219 parcs et jardins publics, ses points d’eau potable et les lieux frais en intérieur ou en extérieur. La carte est disponible sur la plateforme toodego, l’outil participatif de la métropole de Lyon. Les sites sont classés par typologie de lieux : piscine, fontaines, points d’eau, parcs, équipements publics climatisés ou frais et les rares plages surveillées de la métropole au parc de Miribel-Jonage.

La carte des lieux frais de la Métropole de Lyon

Ilot de chaleur

La métropole de Lyon a dévoilé cette carte à la darse de la Confluence, ce vendredi, dans l’un “des pires îlots de chaleur”, selon le vice-président en charge de la végétalisation, Pierre Athanaze. Pour lui, ce lieu est emblématique des changements que la collectivité veut impulser pour rendre les pics de chaleur plus vivables. “Nous avons planté 29 arbres. Avant personne ne venait à cet endroit. Cette darse est une aberration, un four. Les arbres permettent de réduire la température de 3 à 4°”, souligne Pierre Athanaze. Pour se rafraîchir, la métropole déconseille la baignade dans le Rhône, dangereuse en raison des courants, mais assure réfléchir, avec les communes du Val de Saône, à un aménagement sur la Saône dans le futur.

Adapter la ville

À ses côtés, Bruno Bernard balaie les chantiers amorcés pour “faire baisser l’intensité des pics de canicule”. En végétalisant la ville et en imposant un nouveau cahier des charges aux promoteurs immobiliers, la collectivité ambitionne de ne plus produire d’îlots de chaleur urbain, lesquels ne permettent pas à la température de redescendre rapidement la nuit. “Nous transformons la métropole pour l’adapter au réchauffement. Nous devons faire une ville perméable, végétalisée, résiliente et sans climatisation”, développe Béatrice Vessiller, vice-présidente en charge de l’urbanisme. Le nouveau cahier des charges de la construction immobilière interdit d’ailleurs l’installation de la climatisation dans les programmes neufs.

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut