Brugnera
©Lyon Capitale TV

Brugnera : "Enfance, Art et Langages est toujours resté une expérience"

Anne Brugnera, adjointe à la Mairie de Lyon en charge de l’éducation, est revenue sur la fin des résidences d’artistes d’Enfance, Art et Langages. Ce projet mené dans des maternelles de quartiers en difficultés expérimentait depuis 13 ans de nouvelles formes éducatives.

Les résidences "Enfance, Art et Langages" (EAL) s’arrêteront avec la fin de l’année scolaire, victimes d’un contexte budgétaire défavorable à la Ville de Lyon. C’est le message qu’Anne Brugnera, interrogée par "Lyon Capitale", tient à faire passer ce jeudi 21 mai (lire aussi notre article).

"Enfance, Art et Langages était une expérimentation et est toujours restée à ce stade. Cela partait d’un projet national qui n’a jamais vu le jour", remarque l’adjointe en regrettant que le programme n’ait pas pu être étendu en 13 ans au-delà de la trentaine d’écoles concernées. "Le contexte aujourd’hui est différent, poursuit-elle en évoquant les contraintes budgétaires qui pèsent sur la ville. Et les besoins des enfants changent. Il faut se poser les bonnes questions : Quel budget avons-nous pour quels effets ? N’y a-t-il pas moyen de faire mieux avec autant d’argent ? La Ville finance déjà des parcours culturels et artistiques pour de nombreuses écoles, comme les Sentiers de la création par exemple. Il faut mettre les parcours existants en cohérence, de la maternelle au CM2." Pour Anne Brugnera, l’expérience d’EAL a été bonne et intéressante mais posait problème de par le fait que ses résultats sur les élèves n’étaient pas évaluables au niveau scolaire.

Par ailleurs, l’adjointe à l’éducation a déclaré que le Centre de ressource d’EAL ainsi que sa directrice seraient conservés "le plus longtemps possible". L’expérience acquise grâce aux résidences et aux travaux des chercheurs, menés conjointement au programme, sera en outre réutilisée dans les parcours artistiques financés par la Ville.

"La Ville finance 85 % d’EAL, elle a le droit de décider de l’arrêt du programme"

Artistes, professeurs, chercheurs et familles d’élèves ont critiqué le manque de concertation entre les différents acteurs d’EAL au moment de décider de la fin des résidences. Ils attendaient de la Mairie d’être réunis autour d’une table pour discuter des efforts à consentir. La fin d’EAL a été annoncée par un représentant d’Anne Brugnera lors d’une soirée de présentation de travaux scientifiques au Centre de ressource, le 2 avril. L’élue défend sa méthode : "Au départ, il y avait quatre sources de financement d’EAL. Certains se sont retirés sans concertation. Aujourd’hui, la Ville finance 85 % du programme, elle a donc le droit de prendre la décision. Une fois qu’on a travaillé sur l’idée d’arrêter un programme, ça se sait vite. J’ai donc préféré faire annoncer la décision avant d’envoyer les courriers aux personnes intéressées. Je comprends leur déception."

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut