Bateau pour Gaza : Foued Medjabri, un Lyonnais prêt à embarquer

Un an après la "flottille de la liberté", une douzaine d'embarcations venues du monde entier devraient tenter à nouveau de briser le blocus de la bande de Gaza. Trois Lyonnais en feront partie. Foued Medjabri, du collectif 69 de soutien au peuple palestinien, doit s'embarquer sur un cargo dans le courant de la dernière semaine de juin.

Lyon Capitale : Pourquoi souhaitiez-vous absolument prendre ce bateau ?

Foued Medjabri : Je suis engagé depuis longtemps dans la cause palestinienne. Et depuis l'enfance, je ne supporte pas l'injustice or le blocus de la bande de Gaza en est une. Je devais partir l'an dernier mais je n'ai pas pu à cause de mes examens. J'ai suivi le bateau depuis la France grâce à mon ami Salah Berbagui qui avait pu partir.

D'ailleurs, ce bateau faisait partie de la flottille qui, le 31 mai 2010, a été arraisonnée dans la violence par l'armée israélienne. Une intervention militaire qui a fait neuf morts et des dizaines de blessés parmi les pro-palestiniens. ça ne vous fait pas peur ?

Je ne peux pas dire que je n'ai pas peur mais j'y vais en connaissance de cause. Et puis, j'ai la tête dure et cette attaque n'a fait que renforcer ma motivation. Des bateaux tentent régulièrement de briser le blocus mais là, dans chaque bateau, il y aura des personnes de différentes nationalités principalement occidentales, un cauchemar pour l'armée israélienne qui ne pourra viser un certain pays. S'ils sont intelligents ils laisseront passer la flottille et je ne pense pas qu'ils vont attaquer stupidement un bateau où se trouvent des occidentaux.

Que répondez-vous à ceux qui pensent que cette opération n'est qu'une provocation ?

S'il arrive quelque chose à l'un de nous, c'est vrai que ça servira la cause. Mais nous ne sommes pas des terroristes, notre but n'est pas de provoquer mais bien d'aider les habitants de la bande de Gaza et de tout faire pour que l'on continue à parler de cette injustice. C'est une action continue avec du travail sur le terrain. Par la suite, il faut que des bateaux y retournent régulièrement pour parvenir à faire pression sur Israël pour lever le blocus.

Quel intérêt à être nombreux sur chaque bateau ? Ne pensez-vous pas que certains participent à cette flottille pour ensuite dire "J'y étais" ?

Je ne peux parler pour les autres mais ce que je sais c'est que moi je préfère rester discret pour être plus efficace. Je ne prends pas la parole quand on fait des réunions publiques. L'objectif est bien de mettre en avant la Palestine, pas moi. Il n'y a pas de mérite personnel à en retirer. Mais c'est vrai qu'un plus grand nombre de personnes souhaitent partir cette année. On peut alors se demander si, avec la médiatisation de la première flottille, chaque engagement se fait pour la cause...

Vous parliez d'objectif, le premier est d'arriver à bon port. Si c'est le cas, qu'est-ce qui se passera ?

On fera la fête ! Et puis on amène avec nous du matériel médical, de construction ou des jouets... Même si je pense que ça va être difficile d'arriver à bon port.

1 commentaire
  1. garderlesyeuxouverts - 22 juin 2011

    Bravo pour cet engagement, bravo pour cette flottille de la liberté. Il faut qu'enfin soint reconnus les droits des palestiniens et que le siège de GAZA cesse et que cesse la couhardise de la 'communauté internationale'

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut