Vue sur le Rhône. @WilliamPham

Auvergne-Rhône-Alpes : le réchauffement climatique inquiète les acteurs de la gestion de l'eau

Les études menées par l'Agence de l'eau Rhône-Méditerranée-Corse prévoient des modifications importantes dans la production d'eau sur le court terme. Une journée d'échanges s'est tenue ce mardi pour s'adapter et réagir à ces perspectives.

Mardi 6 juillet s'est tenue à Lyon une journée d'échanges autour de la problématique du partage des ressources en eau. C'est l'Agence de l'eau Rhône-Méditerranée-Corse qui a organisé cette rencontre. De nombreux intervenants institutionnels se sont succédés au cours de la journée pour discuter des impacts du réchauffement climatique sur la gestion de l'eau et prévoir des stratégies d'adaptation.

D'ici à l'année prochaine, l'Agence de l'eau prévient des dangers des changements environnementaux : alors que 42 bassins versants - les espaces drainés par un cours d'eau et ses affluents - sont déjà déficitaires en Auvergne-Rhône-Alpes, 7 autres pourraient le devenir en 2022. "Le débit moyen du fleuve Rhône risque de subir une baisse de 40 % d’ici à la fin du siècle", ajoute le communiqué de presse.

Dans une perspective de développement durable, entre consommation pour tous et préservation de la biodiversité, l'Agence estime à 40 millions de m3 le volume d'eau faisant défaut l'été dans la région. Soit la taille de 11 à 16 piscines olympiques....

Les projets de gestion et d'adaptation en sont à leurs balbutiements, et de nombreux diagnostics et études sont lancés pour y remédier. Grâce aux actions qui ont été décidées, l'Agence de l'eau prévoit de gagner 22 millions de m3 d'eau pour l'agriculture, 10 millions pour la consommation en eau potable, et 8 millions pour l'industrie. Ces résultats devraient être obtenus notamment via des rééquilibrages de bassin et de prélèvements, des améliorations d'équipements et des travaux sur les réseaux d'approvisionnement.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut