Auvergne-Rhône-Alpes : la FRAPNA dénonce le soutien aux chasseurs

La Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature demande un rééquilibrage des subventions régionales, alors que sa dotation baisse de moitié.

Le conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes, qui se réunit aujourd'hui en assemblée plénière, va signer un partenariat avec la Fédération régionale des chasseurs pour un montant de 3 millions d'euros sur trois ans, pour en faire "une composante à part entière du dispositif régional de défense de la biodiversité". La Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature (FRAPNA) s'élève contre ce projet, qui entraîne une baisse de ses propres subventions ainsi que celles d'autres associations.

"Nous contestons la vision politique du conseil régional"

Le conseil régional avait prévu pour la FRAPNA "une participation financière de l'ordre 771000 euros annuels (...). Elle a été réduite brutalement de moitié en 2016". Acteur de la défense du vivant et de l'éducation à l'environnement, la fédération dénonce : "Nous ne contestons pas la légitimité des chasseurs dans le domaine de la faune chassable et de ses habitats. Ce que nous contestons, c’est la vision politique du conseil régional en matière d’environnement. Au lieu d’enrichir sa politique environnementale en regroupant les compétences complémentaires, il déshabille la FRAPNA et les autres associations indépendantes pour doter très généreusement la Fédération régionale des chasseurs."

Appelant à un "rééquilibrage" de la participation financière en faveur des associations de protection de la nature, la FRAPNA demande au conseil régional "de jouer son rôle de rassembleur des énergies positives plutôt que de mettre en avant des pseudo-clivages entre « bobos des villes », comprendre la FRAPNA, et « véritables acteurs du monde rural », comprendre les chasseurs".

1 commentaire
  1. FEFI - 23 septembre 2016

    Soutenir les chasseurs qui répandent du plomb dans la nature, c'est bien.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut