Attentat de Nice : témoignage d'un Lyonnais miraculé

Toufik, 56 ans, était parti de Lyon avec son frère pour se détendre à Nice avant un mariage ce week-end. Blessé par le passage du camion conduit par Mohamed Lahouaiej Bouhlel qui a entraîné la mort de 84 personnes sur la promenade des Anglais, il livre son témoignage au Parisien.

Le camion est passé à 40 centimètres de lui. "Ce sont les gens qui étaient là, à côté de moi, qui m'ont sauvé la vie. S'ils n'étaient pas là, c'est moi qui allait en dessous du camion" déclare Toufik à la caméra du Parisien TV. Présent sur la promenade des anglais ce 14 juillet, Toufik est blessé aux genoux par la passage du camion de 19 tonnes. Sans encore savoir exactement ce qu'il est en, il doit passer des examens complémentaires dans les prochains jours. Son frère, lui, a eu le visage brûlé en frottant la route, ainsi que six côtes cassées.

Des images qui reviennent de plus en plus

Pour ces deux survivants, les lendemains sont difficiles, malgré la conscience d'avoir échapper de peu à la mort. Le Lyonnais de 56 ans se demande : "Pourquoi moi et pas les autres ? Pourquoi eux sont morts ?". Malgré la chance d'être en vie après avoir vécu un tel événement, les images restent, comme l'expliquait à Lyon Capitale Hélène Romano, docteure en psychopathologie spécialisée en psychotraumatisme. Comme de nombreuses personnes présentes sur la scène, Toufik est choqué par ce qu'il a vu : "des horreurs, des blessures de guerre, des gens qui avaient les jambes retournées, des morceaux de cervelle par terre... J'ai vu une dame tétanisée, avec son petit garçon de 4 ou 5 ans qui avait du sang qui sortait de la bouche... Les images me reviennent en tête, de plus en plus." Il affirme ensuite qu'il va consulter un médecin, reconnaissant qu'il lui sera sans doute difficile de vivre avec ces images, qui sans cesse, lui reviennent en tête.

à lire également
Empreintes papillaires, profil ADN, vidéo-surveillance, bornage téléphonique... les fonctionnaires du renseignement et d'enquête placé sous le commandement de la SDAT et de la section anti-terrorisme du parquet de Paris, mettent tous les moyens techniques en oeuvre pour retrouver le principal suspect après l'explosion d'un colis piégé, ce vendredi, à Lyon. 
2 commentaires
  1. fodel - 16 juillet 2016

    parler nous des dix petites victimes lui il est vivant son témoignage ne nous intéresse pas parler nous des parents victimes des français des étrangers européen américains etc ...

  2. Flore - 16 juillet 2016

    quelle tristesse immense ! plus jamais de telles horreurs..... Nos dirigeants au lieu de nous faire du blabla qu'ils prennent les bonnes mesures en expulsant définitivement les islamistes à risques !!!!! trop c'est trop

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut