météo ciel nuage soleil pluie
Vue de Lyon © Tim Douet

Arnaque à Lyon, ils font passer des Airbnb pour des appartements à louer

Selon nos informations, au moins deux escrocs ont fait visiter à Lyon des appartements Airbnb à des personnes qui cherchent des meublés, puis se sont enfuis avec la caution et le premier mois de loyer.

C'est une vieille méthode d'escroquerie mise à jour en profitant de l'économie collaborative. Selon nos informations, des escrocs ont fait passer des appartements Airbnb pour des biens meublés en location. Ils encaissent la caution et le premier mois de loyer puis laissent leur victime sans logement. Le mode opératoire est toujours le même, les escrocs louent quelques jours un appartement sur Airbnb. Ils publient des petites annonces en ligne pour proposer la location d'un logement meublé ou contactent ceux qui en cherchent un pour prendre rendez-vous. Le jour venu, ils récupèrent les clés de l'appartement, puis le font visiter à ceux qui leur ont répondu. Ceux qui sont intéressés sont invités à laisser les documents classiques : photocopie de pièce d'identité, fiches de paie, avis d'imposition, ancienne quittance. Ensuite, ils sont recontactés pour finir le dossier en faisant un virement de la caution et du premier mois de loyer, puis les escrocs disparaissent après avoir récupéré les sommes. À Lyon, les individus profitent du contexte difficile pour se loger rapidement et des agences surchargées. Ils peuvent ainsi mettre la pression sur leur victime pour obtenir les sommes demandées.

Il parvient à prévenir d'autres personnes qui visitent

Après plusieurs déplacements à l'étranger, Natacha souhaitait trouver un logement à Lyon. Mi-août, après avoir vu une annonce en ligne, elle visite l'un de ces appartements meublés qui est en réalité une location via Airbnb. Espérant avoir enfin trouvé la perle rare, elle accepte de signer un bail. Quelques jours plus tard, celui qui se fait passer pour les propriétaires des lieux, un dénommé Nicolas, lui demande de payer le mois de septembre et la caution. Elle accepte de faire un virement de 1 100 euros, mais la personne ne se présentera jamais à la remise des clés. Natacha décide d'enquêter et parvient à retrouver le profil Airbnb de l'un des individus, ainsi que la véritable occupante des lieux qui ne se doutait de rien. Elle échangera également avec d'autres victimes dont Pierre* qui lui aussi a eu affaire aux escrocs. En juillet, il visite un appartement et laisse ses pièces pour constituer un dossier de location. Il demande néanmoins le numéro de téléphone de l'ancien occupant pour se renseigner sur le voisinage. Plus tard, il a bien un individu au bout du fil, mais reconnaît immédiatement la voix de celui qui l'a fait visiter. Il décide de se rendre à l'appartement, parvient à récupérer son dossier, et surtout prévient d'autres personnes en train de visiter. Pierre* réussira à rentrer en contact avec le véritable propriétaire, l'informant de la situation.

Déjà quatre plaintes

Natacha comme Pierre* ont déposé plainte comme au moins deux autres victimes à Lyon. L'un des propriétaire a déposé une main courante. Au moins deux personnes ont réalisé des virements, les autres ont seulement transmis des pièces qui néanmoins pourraient être utilisées par les escrocs pour usurper leur identité. Les individus auraient également agit dans d'autres villes. Contacté par Lyon Capitale, Airbnb a lancé une analyse en interne. Aujourd'hui, les victimes souhaitent informer le grand public face à ce type d'escroquerie complexe à déjouer lorsque l'on passe de particulier à particulier. Le plus sûr reste de ne rien payer tant que l'on n’a pas les clés, chose difficile avec certains propriétaires qui veulent verrouiller les choses parfois plusieurs jours à l'avance. Une petite enquête auprès du voisinage et une vérification des boites aux lettres permettent également de s'assurer qu'on a bien à faire au bon propriétaire. De même, un appartement qui semble encore occupé et dont les locataires sont déjà partis peut être en réalité une location Airbnb détournée. Dans tous les cas, la méfiance et la prudence sont de mise, pas simple lorsqu'un appartement peut partir quelques heures seulement après la publication d'une petite annonce.

*Prénom modifié

à lire également
panneau_radar
Personnification physique de la politique du gouvernement les réformes touchant les automobilistes (80 km/h et prix du carburants), les radars fixes sont particulièrement ciblés depuis le début du mouvement des gilets jaunes. La moitié ont été dégradés ou mis hors d'état de flasher sur l'ensemble du territoire. Les installations lyonnaises et rhodaniennes n'échappent pas à la colère.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut