© TD

Anneau des sciences, diesel : Greenpeace tacle Lyon

L'ONG a demandé aux responsables de la métropole et de la mairie de Lyon de “ne plus se dérober” devant les mesures incontournables comme “l'abandon de l'Anneau des Sciences” et “la sortie du diesel”.

Alors que le conseil de l’Eurométropole de Strasbourg a voté un calendrier de sorti des véhicules diesel, Greenpeace a réalisé un état des lieux de ce que font les grandes villes de France. À part Strasbourg, seule l'agglomération parisienne a projeté une sortie complète du diesel pour les voitures, les camions et les véhicules utilitaires. 

Concernant Lyon, l'ONG a notée la mise en place début 2019 d'une zone à faibles émissions pour les camions les plus polluants, même si “son extension aux voitures ou une sortie complète du diesel ne sont toujours pas clairement mises sur la table par les responsables de la métropole”. “La concertation en cours sur le plan climat air énergie métropolitain, qui inclut une réflexion sur l’évolution de la zone à faibles émissions actuelle, passe complètement à côté des revendications des associations”, critique Greenpeace.

Alors que la mobilisation des habitants et habitantes de Lyon contre la pollution de l’air est forte, les responsables de la métropole et de la mairie de Lyon ne doivent plus se dérober devant les mesures incontournables : la sortie complète du diesel pour tous les véhicules, l’abandon du projet routier d’Anneau des Sciences et le développement des transports en commun et du vélo”, a déclaré Sarah Fayolle, chargée de campagne transports à Greenpeace France. 

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut