Anais-Belouassa-Cherifi
Anais-Belouassa-Cherifi, députée du Nouveau Front Populaire dans le Rhône.

Anais Belouassa-Chérifi (NFP) : "il y a une volonté de balayer la Macronie"

Anais Belouassa-Chérifi, candidate du Nouveau Front populaire dans la 1re circonscription du Rhône, est l'invitée de 6 minutes chrono.

La candidate du Nouveau Front populaire est sortie du premier tour en ballottage favorable dans la 1re circonscription. Ce dimanche, elle sera opposée au député sortant Thomas Rudigoz et à un candidat du RN dans une triangulaire où les rapports de force semblent figés en sa faveur. "On a augmenté notre score de 2022, on a fait plus de 7000 voix en plus. On a une forte participation aussi sur la circonscription qui montre bien qu'il y a une volonté de balayer la Macronie, en tout cas dans cette circonscription", souligne la candidate LFI.

Anais Belouassa estime que le front républicain qui se bâti contre le RN peut empêcher l'extrême-droite d'arriver au pouvoir : "ça se joue à vraiment très peu, donc moi ce que j'ai envie de dire c'est qu'aux électeurs il faut continuer à se mobiliser, il ne faut pas être résigné, il faut aller s'exprimer dans les urnes parce que c'est très très important, et que là on a vraiment un point de bascule qui peut se faire."

La retranscription intégrale de l'entretien avec Anaïs Belouassa-Chérifi

Bonjour à tous et bienvenue, vous regardez 6 minutes chrono, le rendez-vous quotidien de la rédaction de Lyon Capitale. Aujourd'hui on continue de s'intéresser à ces élections législatives, notamment dans la première circonscription du Rhône, une circonscription assez indécise puisqu'il y aura une triangulaire, et nous accueillons aujourd'hui Anaïs Belouassa-Chérifi. Vous êtes vous la candidate du Nouveau Front Populaire, qualifiée pour le second tour. Vous êtes arrivée en tête avec 42,40% des suffrages, vous êtes, ce qu'on appelle dans le jargon, en bas l'otage favorable, est-ce que vous commencez déjà à vous projeter un petit peu sur votre nouvelle vie, la vie d'après, celle de députée, puisque normalement l'arithmétique dans une triangulaire avec 42% des voix vous est très largement favorable...


Alors moi je suis de nature superstitieuse donc je ne me prononce pas avant l'élection et le second tour. En tout cas ce que je constate c'est qu'on a augmenté notre score de 2022, on a fait plus de 7000 voix en plus par rapport à 2022, on a une forte participation aussi sur la circonscription qui montre bien qu'il y a une volonté de balayer la Macronie, en tout cas dans cette circonscription. Malheureusement, vous l'avez souligné, le Rassemblement National est arrivé à 18%, et donc ça témoigne aussi la volonté des électeurs et des électrices de dire stop aux politiques néfastes qu'a mis en place Thomas Rudigoz aussi dans cette circonscription via la majorité présidentielle, et une volonté de reprendre le pouvoir et de faire entendre sa voix. Moi c'est ce que je constate en tout cas après ce premier tour.


La présence du candidat à Rassemblement National simplifie quand même grandement votre vie et vos chances d'être élue...


Alors moi je pense qu'on ne peut pas être d'accord sur le fait que le Rassemblement National, alors qu'il était quand même presque inexistant dans cette circonscription, soit aussi haut. Ça c'est la première des choses. Alors même que le candidat Laurent Mouton, personnellement je ne l'ai jamais croisé sur des actions, je ne l'ai jamais croisé en débat, il n'a jamais voulu se soumettre au débat démocratique, et lorsque son camp politique, c'est-à-dire l'extrême droite veut gouverner la France, on attend de ce camp politique qu'il se soumette au débat...


Le paradoxe aussi c'est comment se réjouir, peut-être pour vous, ou en tout cas se projeter vers une issue favorable, alors même qu'on voit que votre camp, le Nouveau Front Populaire, qui dans les urnes a obtenu des voix, mais qu'on regarde plutôt sur comment elle pourrait se concrétiser en siège, visiblement le résultat est beaucoup moins bon, est-ce que vous arrivez à vous réjouir de ça alors que votre parti est à la peine, votre bloc est à la peine, et que le RN n'est plus jamais aux portes du pouvoir ?


Alors moi j'ai pas la même analyse que vous, parce qu'on calcule souvent en termes de voix en termes national, moi je pense qu'une circonscription est une circonscription, et qu'elle peut basculer d'un côté comme d'un autre, le Nouveau Front Populaire...

Mais les projections ont montré que vous aurez beaucoup moins de députés que le RN ?


Déjà on est à 406 seconds tours, le Nouveau Front Populaire sur l'ensemble du territoire, donc sur 577 c'est quand même déjà pas mal, on augmente le nombre de secondes tours par rapport à 2022, on était aux alentours de 380, et on a des triangulaires et des ballottages qui sont favorables, on a 32 élus au premier tour pour le Nouveau Front Populaire, et 38 pour le RN, donc vous voyez, ça se joue à vraiment très peu, donc moi ce que j'ai envie de dire c'est qu'aux électeurs il faut continuer à se mobiliser, il ne faut pas être résigné, il faut aller s'exprimer dans les urnes parce que c'est très très important, et que là on a vraiment un point de bascule qui peut se faire, et puis sur la première circonscription du RN, il y a une alternative qui est possible, c'est celle du Nouveau Front Populaire, c'est ma candidature, et c'est celle que je vais continuer à porter encore cette semaine sur le terrain.


On a l'impression aussi que le Nouveau Front Populaire est très fort, notamment dans les milieux urbains, on le voit par exemple, vous êtes en tête dans 7 des 14 circonscriptions du RN, mais dans les 7 circonscriptions les plus urbaines, comment vous expliquez qu'aujourd'hui la gauche n'arrive plus à parler au monde périurbain, au monde rural ?


Moi je pense que ce n'est pas la gauche qui n'arrive plus à parler, je pense que c'est les départements qui sont autour, ou les circonscriptions qui sont autour, qui sont plutôt rurales, il y a une rupture d'égalité qui s'est faite, pourquoi ? Notamment sur les services publics, et en fait les personnes qui sont dans ces territoires se sentent oubliées, et moi je veux leur rappeler que nous au Nouveau Front Populaire, nous sommes une alternative qui va proposer de remettre en place les services publics, qui va remettre en place les écoles, les hôpitaux, les guichets uniques de services publics pour les personnes, notamment les personnes âgées qui font face à la numérisation aussi de tout ça, et je veux dire que le Rassemblement National, ce n'est pas la solution sur ces territoires.

On voit une évolution, légère évolution dans la majorité présidentielle sur la position à adopter dans les seconds tours, on était sur un, on promettait plutôt un nini, aujourd'hui il y a une ébauche de Front Républicain, alors Front Républicain qui ne vous concernerait pas, vous notamment puisque vous appartenez à la France Insoumise, est-ce que vous pensez…


Alors moi je fais tout à fait partie de la République, mes valeurs sont en lien avec la République.

On entend beaucoup de responsables de la majorité présidentielle dire, allez voter pour des candidats du PS, des écolos...


ils veulent trouver un moyen de nous diviser, ils veulent trouver un moyen de nous caricaturer et je trouve ça irresponsable, et d'ailleurs nous je trouve qu'on a donné des consignes très claires, c'est à dire que lorsqu'on est sur une triangulaire, dans une circonscription où le Rassemblement National arrive premier et nous en troisième position, nous retirons notre candidature.

Est-ce que vous pensez que ce Front Républicain, il peut marcher encore le 7 juillet et empêcher le Rassemblement National d'avoir la majorité absolue ?


Il doit, il le doit.


Mais est-ce que vous pensez qu'il le peut ?


Bah moi je pense qu'il peut et il le doit surtout vis-à-vis de tous ces gens qui sont mobilisés pour aller voter, parce que, enfin, je veux dire, on a quand même 20 points de plus de participation au niveau national, et ce qui montre bien que les gens sont inquiétés de la situation actuelle.

Ou alors qu'ils sont aussi allés voter à Rassemblement National, puisque ça, ils n'ont pas pâti de cette surparticipation...

Moi je pense qu'on peut pas forcément savoir ce qui se passe dans l'isoloir, mais en tout cas, ce que je souligne, c'est que ce qui est important, c'est d'aller voter, et de pas se démobiliser en pensant que chez les uns et chez les autres, c'est gagner d'avance. Chaque voix va compter, chaque tract donné, chaque porte-à-porte, chaque action citoyenne va compter, et je pense que c'est ce qui va faire le point de bascule dans nombre de circonscriptions.

Laisser un commentaire

Suivez-nous
tiktok
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut