Aider les plus démunis grâce à la collecte des banques alimentaires

La traditionnelle collecte nationale des banques alimentaire a lieu ce week-end dans de nombreux magasins de la région lyonnaise. L'an dernier l'opération avait permis de récolter 24 millions de repas à en faveur des plus démunis.

Récolter 24 millions de repas en deux jours. Comme chaque année depuis plus de 30 ans ce dernier week-end de novembre est marqué par la grande "collecte nationale" des banques alimentaires de France. Les associations, présentes dans les grandes surfaces, comptent sur la générosité des clients en faveur des plus démunis. Les banques alimentaires appellent à un geste citoyen "à l'heure où 8,8 millions de Français vivent sous le seuil de pauvreté".

"Se nourrir dignement, avoir accès à une alimentation de qualité, avoir le choix de manger équilibré quand le budget est serré, c’est un enjeu quotidien pour près de 1,9 million de personnes en situation de précarité en France", rappelle la banque alimentaire du Rhône. Si elle souligne la nécessité de la lutte contre le gaspillage, l'institution rappelle surtout l'importance de l'élan de solidarité de ce week-end de collecte.

300 tonnes de nourriture en deux jours

A Lyon, ce sont quelque 3500 bénévoles qui sont mobilisés ce week-end sur 250 magasins de la métropole. Leur objectif est de collecter quelque 300 tonnes de nourriture pendant ces deux jours. Soit l’équivalent de 582.000 repas tout de même. Les clients sont invités à acheter des denrées non périssables dans les rayons et à les remettre après les caisses aux bénévoles qui transmettront à la banque alimentaire du Rhône. Samedi, au Carrefour de la Part-Dieu, point de vente partenaire de la collecte, Katia se félicitait ainsi de "pouvoir aider à [s]on niveau" en offrant du riz et des lentilles en conserve.

 

"Cette année, les bénévoles de la Collecte Nationale demanderont en priorité des boîtes de conserves de fruits, de légumes ou de poisson, des soupes, des féculents, des légumes secs, de l’huile mais aussi du café ou du chocolat", précisent les magasins Carrefour dans leur communiqué. Mais des produits non alimentaires, d'hygiène par exemple, sont également utiles dans la lutte contre la précarité. Le mieux est encore de se renseigner auprès des bénévoles en gilets oranges présents dans les magasins.

Les Restos du Cœur, dont la campagne hivernale a démarré en début de semaine rappelaient l'importance de ces dons en faveur des plus démunis. "Les dons des entreprises ou des producteurs agricoles ainsi que la collecte nationale ont d’ailleurs permis l’an dernier de récolter 43 000 tonnes de denrées", rappelaient les Restos par voie de communiqué.

Lire aussi : En Auvergne-Rhône-Alpes, 12 % des habitants sous le seuil de pauvreté

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut