Le nouveau président de la CPME Franck Morize et ses trois vice-présidents. After H’all s’installe quai Fulchiron, dans le 5e arrondissement. Crédits : Nolwenn Jaumouillé

À Lyon, un nouveau lieu accompagne les PME dans leurs transitions

La Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) du Rhône a lancé ce lundi 19 septembre « After H’all », un lieu conçu pour aider les PME à s'adapter aux nouveaux enjeux.

Crise énergétique, problèmes de recrutement et nouvelles aspirations des travailleurs, enjeux écologiques... La période est loin d'être de tout repos pour les entreprises en général, et pour les PME en particulier. Pour affronter ce contexte d'incertitude et s'adapter aux changements de modèles que les défis actuels impliquent, la Confédération des petites et moyennes entreprises du Rhône lance un nouveau lieu dans le 5e arrondissement de Lyon. Son objectif, « accompagner les entreprises dans toutes les transitions – économiques, écologiques, sociétales – et de les guider vers de nouveaux modèles économiques ». 

Ce “lieu d'expérimentation”,  vient remplacer « CPME for h'all », qui hébergeait 18 start-ups depuis 2016 – même si certaines resteront. Cette fois, le lieu a vocation à s'ouvrir à d'autres initiatives citoyennes susceptibles d'aider les entreprises dans leur évolution. Et ce dans l'optique de “rapprocher l'entreprise de la cité”, “trop souvent séparées”. La start-up « Nos vignes », déjà présente depuis deux ans sur les lieux, invite par exemple les particuliers “à parrainer des vignes afin d'aider des viticulteurs de Bourgogne à opérer leur transition vers l'agriculture biologique”, comme l'explique l'un de ses fondateurs Pierre Chartier. “On est là dans le coeur de ce que sera After H'all, une entreprise qui aide des entrepreneurs dans leur transition”, commente Cyril Ihssan-El Younani, directeur de la Nouvelle économie à la CPME du Rhône.

Un appel à candidatures sera lancé prochainement pour sélectionner de futurs participants au projets, qui pourront soit être résidents à temps plein des lieux, soit intervenir ponctuellement sur des événements. L'objectif, “choisir 15 à 20 organisations, pour une capacité d'accueil maximum sur les lieux de 60 personnes à temps plein”, précise M. Ihssan-El Younani.

Défis et revendications

C'est sous la houlette d'un tout nouveau président, Franck Morize, que la CPME s'engage dans ce nouveau projet. En poste depuis le 1er juillet 2022, ce familier de l'organisation patronale, qui remplace François Turcas, a présenté ses trois “vice-présidents” – Philippe Bossanne, Gaëtan de Sainte Marie et Vincent Girma – avec lesquels il compte gouverner d'une façon “plus horizontale”.

Parmi les grands défis à relever, la problématique de recrutement et de fidélisation face aux aspirations des jeunes ; la question environnementale, “qui n'est plus une option” mais sur laquelle il a rappelé son attachement à la croissance et son refus de la décroissance, laquelle équivaudrait selon lui à “se répartir la misère” ; et “l'invention” de nouveaux modèles économiques pour que les PME ne soient plus “de grandes entreprises en version réduite, mais des entreprises humanisées, décarbonées, relocalisées...”.

Affirmant son attachement aux valeurs de « travail » et de « répartition de la richesse », et refusant que le monde de demain soit celui de « l'assistanat », le nouveau président a par ailleurs rappelé les revendications de l'organisation : une réforme de l'assurance chômage pour “diminuer la durée des indemnités” dans un contexte démographique et de recrutement difficile, rendant nécessaire selon lui de “travailler plus et plus longtemps pour sauver notre modèle économique” et une baisse des impôts de production pour “rendre des marges aux PME” qui doivent aujourd'hui rembourser leurs Prêts garantis par l'État du Covid.

 

 

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut