Huit groupes pourront performer en ouverture du festival Musilac.(Photo. Pixabay)
Les habitants du 7e arrondissement se plaignent du tapage provoqué par Le Petit Salon. (Photo. Pixabay)

À Lyon, des riverains dérangés par une boîte de nuit interpellent les élus

Le Petit Salon fait l'objet de plaintes de ses voisins, mécontents des tapages nocturnes et dégradations dans le quartier. L'établissement répond.

Depuis 20 ans, Le Petit Salon attire des foules de jeunes pour des nuits endiablées. Chaque vendredi et samedi soir, les fêtards s'y pressent ainsi jusqu'à 6 heures du matin, n'en déplaise aux riverains. La boîte de nuit du 3 rue de Cronstadt fait en effet l'objet de plusieurs plaintes de ses voisins. Le 18 mars dernier, leurs représentants ont participé à la réunion publique de la mairie du 7e arrondissement pour faire entendre leur voix. Ils ont présenté aux élus un ensemble de demandes concernant l'établissement.

Selon eux, Le Petit Salon "incommode les riverains, motive de nombreuses pétitions, appels téléphoniques nocturnes à la police, courriers, actions interventions auprès de toutes les administrations compétentes". Les habitants se disent ainsi las des nuisances causées par la boîte et de l'inaction des élus.

Un tapage permanent

Au coeur du problème, le tapage subi par les riverains. Entre la musique trop forte, les cris dans la rue et le vrombissement des moteurs permanent, dormir s'avèrerait parfois difficile. Les immeubles situés à proximité seraient particulièrement "affectés" par la "non-maîtrise de l’émergence musicale et des infrasons provenant de la boîte de nuit". Les habitants du quartier demandent notamment qu'une étude sonométrique soit réalisée et qu'un limitateur de décibel soit installé. En effet, les établissements diffusant du son amplifié ont l'obligation légale de ne pas dépasser une émergence de trois décibels A. En cas de non respect avéré de cette règle, les riverains menacent de demander "la fermeture administrative immédiate" de l'établissement.

"Les clients laissent leurs déchets partout au coin des rues, sur les rebords de fenêtres, sur le sol, les jettent dans les jardins des riverains"
Les riverains du quartier de la route de Vienne
Tweet

Cependant, la fermeture du Petit Salon n'est pas tant souhaitée par les habitants. Ne se sentant pas entendus, ils exigent l'installation de caméras de vidéosurveillance et des patrouilles de police régulières. Également, les riverains demandent le nettoyage de leur rue et des graffitis arborant ses facades. "Les clients laissent leurs déchets partout au coin des rues, sur les rebords de fenêtres, sur le sol, les jettent dans les jardins des riverains", déplorent-t-ils. Enfin, ils souhaitent que l'établissement limite sa jauge d'accueil, qui dépasserait parfois les 2 000 personnes, et maîtrise sa clientèle dans la file d'attente et les espaces fumeurs.

La boîte de nuit se défend

De son côté, le gérant du Petit Salon assure respecter "l'intégralité des normes phoniques, acoustiques et de jauge". En effet, la ville de Lyon et la préfecture auraient procédé à plusieurs contrôles, notamment du niveau sonore, sans noter d'infraction. Quant à la jauge d'accueil de la boîte de nuit, celle-ci serait de 1 000. "Les riverains pensent qu'elle est de 500, mais ils se trompent. C'est pourquoi ils sont surpris de voir autant de personnes", explique le propriétaire. Au maximum, le nombre de clients en une soirée ne dépasserait pas les 1 500.

"L'insécurité est grandissante et les riverains ont l'impression que c'est de notre faute. Mais on est les premiers à subir, et ce n'est pas l'œuvre de nos clients"

Par ailleurs, Le Petit Salon se dit également victime des incivilités commises dans la rue. "L'insécurité est grandissante et les riverains ont l'impression que c'est de notre faute. Mais on est les premiers à subir, et ce n'est pas l'œuvre de nos clients", assure le gérant. Tout comme ses voisins, la boîte de nuit se ferait régulièrement taguer. Quant au phénomène des véhicules cassés, il toucherait la rue de manière récurrente. L'établissement a donc mis en place des mesures de sécurité à son échelle. "On a sept agents postés à l'extérieur dont trois dans la rue. Ils sont autant là pour surveiller les voitures que faire baisser le volume des clients".

Lire aussi : Mazagran : face-à-face délétère entre riverains et Ville de Lyon

Laisser un commentaire

Suivez-nous
tiktok
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut