A la manif, avec les ouvriers d'Anoflex

157 salariés vont donc devoir partir avant l'été. Cette usine fait partie de ces sous-traitants qui subissent de plein fouet la crise dans l'automobile. Depuis septembre, l'unité tourne au ralenti : 50 % d'activité, du chômage partiel et déjà un départ volontaire de 84 personnes en décembre.

Lyon Capitale a suivi ces employés lors de la grande manifestation de ce jeudi 19 mars.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut