Karine Roudier
© Lyon Capitale

Pour Karine Roudier, l’état d’urgence atteint “ses limites”

Karine Roudier, maître de conférences en droit public à l’IEP de Lyon, est l’invitée de L’Autre Direct. Elle apporte un éclairage sur le régime de l’état d’urgence dans lequel vit la France depuis les attentats du 13 novembre.

Spécialiste de la législation antiterroriste, Karine Roudier revient dans l'entretien à visionner ci-dessous sur l’état de droit dans la France de l’état d’urgence. Pour cette maître de conférences en droit public à l'IEP de Lyon, la question de son maintien se pose. "L’autorité administrative ratisse large et de fait va aller surveiller des personnes qui ont peu de chose à voir avec une vraie menace pour l’ordre public. Nous sommes dans des situations très litigieuses", explique-t-elle.

La juriste, spécialiste du droit constitutionnel, s’inquiète aussi des souhaits sécuritaires des Français : "On catégorise la société avec des exclus à mettre à l’écart pour que les inclus soient protégés. Les inclus se disent toujours : je ne serai pas concerné. Mais aujourd’hui, avec les assignations à résidence, des personnes sont cataloguées comme pouvant être dangereuses alors qu’elles n’ont pas grand-chose à voir. Ceux qui approuvent les mesures n’ont pas conscience qu’ils peuvent un jour être touchés par ces mesures."

Pour Karine Roudier, aucune mesure, même préventive, ne peut assurer le risque zéro. "Les gens croient que c’est possible et vont adhérer à ces politiques. On mélange danger et culpabilité", poursuit-elle.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut