des enfants pendant l'accueil périscolaire dans le 7e arrondissement de Lyon
©Tim Douet

Périscolaire : à Lyon, les plus petits s’ennuient

Le dispositif d’accueil périscolaire restera quasiment inchangé cette année à Lyon. Toutefois, l’adjointe à l’éducation, Anne Brugnera, reconnaît que des améliorations devront être apportées, notamment dans l’accueil des plus petits.

Ce mardi 1er septembre, près de 37 000 enfants reprendront le chemin des écoles publiques lyonnaises. Parmi eux, plus de 20 000 sont déjà inscrits à l'accueil périscolaire du vendredi après-midi, mis en place dans le cadre de l'expérimentation de l'aménagement des rythmes scolaires en 2014. Pour cette deuxième rentrée, la formule des "vendredis aprèm’'" ne change pas vraiment.

Ni les emplois du temps, ni les horaires, ni les tarifs ne sont modifiés. "Le système est stabilisé mais pas figé", explique l'adjointe à l'éducation, Anne Brugnera, qui évoque "des améliorations nécessaires, à apporter de manière progressive au cours de l'expérimentation". Des améliorations qui porteront notamment sur l'accueil des plus jeunes.

Les plus petits s’ennuient

En effet, une étude réalisée pour le comité de suivi de la réforme des rythmes scolaires à Lyon, étude dont le contenu sera rendu public en octobre, montre que les plus jeunes enfants sont les moins satisfaits. Ils le disent eux-mêmes, puisque 350 enfants de 30 écoles ont évalué la qualité de l'accueil périscolaire, via des systèmes simplifiés pour les plus petits. Il en ressort que, pour les plus jeunes enfants, le degré d'ennui est plus fort que pour les élèves de primaire. Le comité de suivi de la réforme devrait donc apporter une attention particulière à la question de l'accueil des jeunes enfants dans les centres de loisir.

"Il faut travailler sur la durée de l'activité, son enchaînement, le rythme… Toutes ces questions de temporisation sont importantes et occupent également les spécialistes dans le temps scolaire", explique Anne Brugnera. Il faudrait donc tendre à des activités plus courtes et plus ludiques.

La sieste

À cela il faut ajouter une contrainte de taille pour les plus petits : la sieste. En la matière, deux écoles s'affrontent : les partisans de la sieste libre et les autres. Dans le premier cas, il s'agit de laisser les enfants se réveiller seuls, quand ils le souhaitent, et rejoindre les autres enfants dans les activités. Si certains chronobiologistes plébiscitent cette façon de faire, elle pose le problème de l'organisation des locaux et de la temporisation des activités, avec des enfants qui prennent le train en marche, comme le souligne l'adjointe à l'éducation.

Un travail commun réalisé entre la Ville de Lyon et l'inspection académique a abouti à la création d'une brochure sur le temps calme pour les élèves de maternelle, qui servira de guide pour les professionnels concernés.

Rythmes scolaires

Mais l'accueil des élèves de maternelle n'est pas le seul axe d'amélioration pour les rythmes scolaires. La mairie s'engage également à travailler sur la communication avec les familles et à enrichir les projets des accueils de loisir. Comme l'an dernier, chaque accueil continuera de proposer des activités qui lui sont propres (sportives, culturelles, écologiques…) mais qui devront toujours entrer dans le cadre du projet pédagogique. La Ville mettra par ailleurs à disposition 36 équipements sportifs, parmi lesquels patinoires et piscines.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut