METEO FINANCIERE

Sur l'un des sites d'information financière internationale de grande audience chez les professionnels des marchés de capitaux, www.bloomberg.com, on pouvait lire en fin de semaine que de mauvaises nouvelles économiques - la poursuite des baisses du marché de l'immobilier aux Etats-Unis (cause première de la crise de l'été) - avaient porté le marché des actions US en séance du jeudi 27 septembre à son plus haut niveau depuis le mois de juillet ! Ces signes de faiblesse rendaient plus probables de nouvelles baisses de taux par la Réserve Fédérale.

Il a fallu attendre la déclaration du Président de la banque fédérale de Saint-Louis, William Poole, affirmant que les marchés ne devaient pas considérer comme acquise la perspective de nouvelles réductions de taux pour voir le marché des actions partir à nouveau à la baisse le lendemain.

De mauvaises nouvelles économiques provoquent une hausse du marché des actions !

Le souvenir de l'intervention vigoureuse de la Fed, le mardi 18 septembre et de son effet thermique ascendant fort sur les bourses est tel aujourd'hui qu'il contrarie le vent dominant : de mauvaises nouvelles économiques provoquent une hausse du marché des actions ! Pour tenter de limiter les ardeurs du marché, les banques centrales en viennent elles-mêmes à adopter un raisonnement inversé et à invoquer des perspectives de croissance et donc une fin probable à la baisse des taux pour voir les marchés réagir négativement à ces bonnes nouvelles !
La mémoire des évènements proches et la force (réelle ou désirée) des banques centrales influencent en ce début d'automne de manière significative les équilibres atmosphériques. Cette influence est certainement exacerbée par une crainte forte de voir à nouveau la liquidité du marché se tendre et rendre ainsi les écoulements d'air plus chaotiques - le taux interbancaire sur le marché de Londres (www.libor.org) a d'ailleurs gagné près de 0,2 % en fin de semaine dernière.

Les décisions d'investissement se font au présent avec le souvenir puissant d'un passé proche que l'on voudrait rassurant - " les problèmes observés ne sont que des problèmes de liquidité et les banques centrales sont là pour y palier " - l'oscillation entre l'observation réaliste des symptômes et l'espoir d'une reproduction des conditions de "résilience du marché" pourraient s'organiser à nouveau cette semaine autour de la décision de la Banque Centrale Européenne jeudi 4 octobre.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut