Laurent Wauquiez
© Tim Douet

Lyon : recours de Wauquiez et Guilloteau contre la vente de l’aéroport

Dans le cadre de la vente des parts de l'État dans l'aéroport Lyon Saint-Exupery, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, et le président du Département du Rhône, Christophe Guilloteau,ont annoncé avoir engagé "un recours hiérarchique auprès des ministres de tutelle de l’Agence des participations de l’État, aux fins de déclarer sans suite la procédure engagée."

"Dans le cadre de la procédure de cession des parts de l’État dans l’aéroport Lyon Saint-Exupéry, la région Auvergne-Rhône-Alpes et le Conseil départemental du Rhône, actionnaires minoritaires, ont bien pris note de la volonté de l’État de ne pas associer les acteurs locaux au choix d’un repreneur. Prise au plus grand mépris de la parole donnée aux acteurs du territoire par le ministre de l’Économie, Emmanuel Macron, le 2 mars dernier à Paris, cette décision contrevient à la lettre et à l’esprit du cahier des charges qui encadre le choix de ce repreneur. Les actionnaires minoritaires n’ont en effet pas eu accès au dossier des candidats à la reprise de l’aéroport de Lyon Saint-Exupéry. Ils ont été placés devant le fait accompli, l’État ayant, seul, présélectionné deux finalistes sans la moindre concertation", ont-ils déclaré pour justifier leur recours.

Selon eux, la consultation a montré "une inégalité flagrante de traitement entre les candidats et entre les actionnaires publics locaux".

"La procédure conduite par l’État traduit une méconnaissance manifeste du principe de transparence des procédures. Si leur requête n’était pas entendue, les deux présidents des collectivités se réserveraient alors le droit de saisir la justice administrative afin qu’elle statue sur la légalité de la procédure engagée", ont-ils menacé.

"Nier cette réalité et l’avis des acteurs locaux, comme cela a été fait lors de la privatisation de l’aéroport de Toulouse, c’est s’exposer à faire de ce levier essentiel de développement pour notre Région et le département du Rhône. Un équipement sans ambition et de gâcher les chances de nos territoires de se développer au sein de la deuxième région de France", ont-ils conclu.

à lire également
Vendredi 21 février, le conseil du Sytral vote pour la résiliation du contrat Rhônexpress. Le président de la métropole de Lyon, David Kimelfeld, exulte. Après plus d'une heure de débats et de doutes, il sait qu'il aura les douze voix requises pour faire passer cette mesure sans possible retour en arrière. Lors du vote final, il lève les deux bras faisant le V de la victoire. À côté de lui, Gérard Collomb croise les bras. La mine sombre, il est KO. Son ancien dauphin, devenu dissident, vient de porter un coup à sa conception du modèle lyonnais.
Faire défiler vers le haut