Stéphane Bouillon
© AFP

Logements sociaux‍‍‍‍‍‍‍‍‍‍‍‍‍‍‍‍‍‍ : les mauvais élèves du Rhône !

Quatre communes de la métropole de Lyon et une commune du Rhône vont voir leurs pénalités augmenter. Une sanction du préfet Stéphane Bouillon, qui estime qu’elles n’ont pas tout mis en œuvre pour respecter le plan de construction de logements sociaux.

Tous les trois ans, la préfecture dresse un bilan de l'application de la loi Solidarité et renouvellement urbain (SRU) en vue de construire ou rénover les logements sociaux présents dans la métropole de Lyon et le département du Rhône. Dans un communiqué, on apprend que 19 des 45 communes concernées par le bilan SRU n’ont pas rempli leurs objectifs. Un regret pour le préfet du Rhône, qui a augmenté les pénalités de douze desdites communes, considérant qu’elles n’ont pas déployé toutes les possibilités pour remplir les objectifs qui leur ont été fixés. Ainsi, Charly, Craponne, Genay, Mions, Oullins, St-Didier-au-Mont-d’Or, Ste-Foy-lès-Lyon, Tassin-la-Demi-Lune, Chaponnay, Chazay-d’Azergues, Genas et Limas font l’objet d’un arrêté de constat de carence. Pour rappel, Chazay-d’Azergues, Mions et Saint-Didier-au-Mont-d’Or voient leurs pénalités multipliées par cinq, et Limas la sienne par quatre.

Malgré les mauvais élèves, une réussite à 128,5 %

Avec un brin de fierté, la préfecture annonçait malgré les mauvais élèves avoir rempli son objectif à 128,5 %, dépassant légèrement la moyenne nationale, qui est de 106 %. Ce sont en tout 10 970 logements locatifs sociaux (LLS) qui ont été financés sur l’ensemble du département. En parallèle, 5 184 logements ont été financés par l’État, dont les trois quarts se trouvent dans la métropole de Lyon. Pour rappel, la loi prévoit que d’ici à 2025 les communes concernées par le plan SRU comptent entre 20 et 25 % de LLS en fonction de leur taille et de leur localisation.

à lire également
Le vote des députés entérinant le passage de 100 % à 10 % de logements neufs obligatoirement accessibles pour les personnes handicapées fait débat. Considérée comme une "grave régression sociale" par les acteurs de l'associatif, la mesure est notamment défendue par le député LREM Bruno Bonnell, qui estime que "le taux de 100 % est excessif quand la […]
2 commentaires
  1. guill - 26 décembre 2017

    Pour un journal local, ça fait mal aux yeux 'Ste-Foy-lès-Lyons' Pas de 's' à Lyon et pas de tiret entre Sainte et Foy 😉

  2. Redaction - 26 décembre 2017

    Le 's' superfétatoire vient de disparaître, merci de nous l'avoir signalé. En revanche, le trait d'union a tout à fait lieu d'être dans les noms de communes.La secrétaire de rédaction

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

La revue du web
Faire défiler vers le haut