Le Grand Lyon offrira 250 euros pour l’achat d’un vélo électrique

Dans la capitale du Vélo'v son absence était jusqu'à présent incompréhensible. Le mal va être réparé : Gérard Collomb vient enfin de donner son feu vert à une subvention de 250 euros, versées aux futurs propriétaires de vélos à assistance électrique.

Les amateurs de petite reine habitués à grimper régulièrement les pentes de Fourvière ou de la Croix-Rousse auront les mollets moins douloureux le soir. Gérard Collomb vient de donner son feu vert au versement d’une subvention, jusqu'à 250 euros, aux futurs acheteurs de vélos à assistance électrique (VAE). Dans les faits, une fois le projet voté, les nouveaux propriétaires devront présenter leur facture et un justificatif de domicile pour obtenir le remboursement. 500 000 euros seront débloqués par le Grand Lyon avec un objectif de 2000 demandes réparties sur deux ans (2011/2012). Cependant, la patience est de mise, il est fort probable que seuls les achats effectués après la mise en place du dispositif soient pris en compte.

A l'initiative du projet, Gilles Vesco, Vice-président de la Communauté urbaine de Lyon, Conseiller délégué aux déplacements de la Ville de Lyon, se réjouit d'un projet qui : "comme velo'v, les modèles à assistance électrique consacreront le vélo comme un véritable mode de transport", tout en précisant : "il y aura des rencontre avec les vélocistes pour prendre leurs conseils et mettre en place le dispositif ". De leurs côtés, Paris ou bien encore la Région Poitou-Charentes, proposent une subvention de 400 euros, respectivement limitée à 25 et 40 % de la valeur totale du deux roues.

Le VAE est un vélo classique auquel est ajouté un moteur électrique et une batterie rechargeable. Cependant contrairement à un Solex, il s’agit simplement d’une aide à l’effort. Il est donc encore nécessaire de pédaler. Dans le cas contraire, il tomberait dans la catégorie des scooters obligeant le port du casque. Pratiques, tout en restant sportifs et parfois pliables, les vélos à assistance électrique se négocient à partir de 500 euros, bien que les modèles autonomes et rapides se situent autour des 1200 euros, voir 2000. Bien qu'il soit parfaitement possible d'atteindre les 25 km/h sur le plat, les performances restent avant tout liées aux gabarits et à l'endurance des cyclistes. Néanmoins, après un long trajet, qui plus est, agrémenté d'une montée, la transpiration sera de l'histoire ancienne.

à lire également
A Lyon, les activistes de l'organisation ANVCop21 ont rencontré des salariés des agences locales de la Société Générale. Cette initiative vise à les sensibiliser sur le soutien apporté par leur employeur au financement du gaz de schiste. La 24e Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, autrement dit la […]
7 commentaires
  1. Ahbon - 15 février 2011

    Pourquoi la subvention ne concernerait que les vélos électriques et pas les vélos classiques, qui sont eux NON POLLUANTS ?On subventionne l'achat de batteries, de moteurs, d'éléctronique... Mais rien pour l'achat de vélos véritablement propres, alors que les bons modèles ne sont pas moins chers que les vélos électriques.Ne vous fourvoyez pas : je préfère voir un vélo électrique dans la rue plutôt qu'une voiture. Mais cette discrimination entre VAE et vélo classique me semble incohérente.

  2. Tryph - 16 février 2011

    effectivement Ahbon, c'est plutôt étonnant.

  3. MLBRLyon - 17 février 2011

    @Ahbon, ça fait partie de la vision du vélo à la française: un vélo sans assistance ne peut par définition pas vous emmener au travail puisque-la-transpiration-ma-pauvre-dame-et-chez-nous-y-a-des-collines (ou poncif similaire, j'en ai pas mal en stock si vous voulez...).Pourtant, il serait simple de réellement favoriser son usage, par exemple...- En supprimant ou inversant le système des frais réels (qui à l'heure actuelle non seulement incite à habiter loin de son travail, incite à posséder et à se déplacer en voiture mais en plus incite à en avoir une surmotorisée), ou du moins en y incluant les véhicules non motorisés...- En interdisant la vente de vélos en grande surface, en imposant des standards de qualité croissante... car rouler sur un vélo à 149 euros est le meilleur moyen d'en être dégoûté au bout d'une semaine et de le laisser pourrir à la cave les 20 années suivantes (eh oui, pour s'en servir tous les jours de l'année à 15 ou 20 km par jour, 600 euros est un strict minimum, 800 à 1000 est plus réaliste)- Ou tout simplement et cela concerne le Grand Lyon, en ayant une vraie vision de ce que pourrait être la ville de demain... le vélo n'est pas de gauche ou de droite, pour preuve les progrès énormes accomplis à Bordeaux en quelques années, quand Lyon stagne dans la médiocrité, la peur irraisonnée (M. Touraine étant médecin... il plaide le risque zéro, par définition impossible, tout en contre-évaluant systématiquement ce risque, par exemple en considérant que le double-sens cyclable est potentiellement dangereux ALORS MEME que 20 ans de mise en place dans l'Europe entière prouvent le contraire) et la demi-mesure...

  4. natninou - 17 février 2011

    Bonjour, je ne partage pas votre avis sur le prix d'achat du velo. Personnellement j'ai 53 ans, un vélo acheté dans une grande surface à 200 euros et depuis 10 ans aller retour de la croix rousse au fin fond du 7ème et ce tous les jours quelque soit la météo. Ce n'est pas le vélo qui importe mais la forme physique que vous avez, cependant une prime me ferait peut etre pencher pour le remplacement de mon vieux biclou par un vélo électrique, la montée sur la croix rousse étant de plus en plus difficile!!! Pour finir le tableau, je viens d' etre mutée sur Vénissieux et je compte bien continuer à me déplacer en vélo car je ne possède plus de voiture depuis 5 ans et ce par choix, ce qui me fait dire OUI au vélo électrique

  5. MLBRLyon - 17 février 2011

    Natninou, ma foi tant mieux si cela vous donne satisfaction, je dois être un peu bourgeois 😉 mais je n'ai pas trouvé sur des vélos à moins de 800 euros tout ce qu'il me fallait pour rouler absolument tous les jours de l'année (éclairage de qualité, moyeu dynamo, garde-boue efficace, porte bagages certifié 20 kg, jantes type rando très costaudes, pneus types anticrevaison Schwalbe ou autre...). Au final j'ai un vélo à 350 euros de base mais dont j'ai rapidement trouvé les limites et 'mis à jour', des années après seuls le cadre, la fourche et la potence sont d'origine. Sur la forme physique hors trajet de votre type elle importe peu et on va très loin sans se fatiguer ni transpirer. Le vélo électrique est un outil génial s'il remplace une voiture ou un scooter thermique bien sûr, ce n'était pas mon propos. Cyclistement ML

  6. COULEUR3 - 18 février 2011

    une mesure pour de riches bobos qui de toute façon auraient acheté le vélo électrique. lâcher un SMIC pour un vélo, tout le monde ne le peut. une mesure pour les électeurs Europe Ecologie. on ne prête qu'aux riches. Par contre, je suis bien d'accord avec l'idée d'une aide à l'achat d'un vélo classique.

  7. Collombitude - 18 février 2011

    Rien n'est parfait, surtout en écologie, un aspect positif cache souvent un aspect négatif. Car la majorité de ces vélos électriques sont 'made in China' Que de tonnes de CO2, évacuées dans l'atmosphère avant d'arriver en France et pas plus de boulots pour nous. Savez vous que dans beaucoup de villes d'Europe, vous pouvez mettre votre vélo dans le métro (Berlin par ex.)Voilà une pratique qui favoriserait grandement l'utilisation du vélo.Par contre notre retard est tel en matière de transport urbain que mettre des voyageurs dans un tram est déjà difficile ( le grand Lyon/sytral admet 8 voyageurs au m2) alors la place pour les vélos!

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut