Le Grand Lyon lance un appel à projets pour l’économie circulaire

Depuis le 13 juillet, particuliers et professionnels peuvent déposer un dossier auprès de la délégation Développement urbain et cadre de vie de la métropole. Cette manifestation d’intérêt doit encourager les initiatives écologiques et lutter le contre le gaspillage, dans le cadre du plan d’action “Économie circulaire – zéro gaspillage” de la métropole.

C'est la première initiative en faveur de l'économie circulaire lancée par le Grand Lyon, une réponse voulue à la "raréfaction des ressources", et aux problématiques de "réduction de la production de déchets" et "de création d'emplois et d'innovation". Le conseil de la métropole a ainsi approuvé dans sa délibération du 10 avril dernier le lancement de cet appel à projets, à l'unanimité. Au cœur de cette manifestation d'intérêt : l'économie circulaire. Un concept censé réconcilier croissance économique et environnement, notamment via la réutilisation des déchets pour éviter le gaspillage. La métropole souhaite ainsi "accompagner des projets expérimentaux" s'articulant autour "de l'environnement et de l'économie". Emeline Baume, l’élue EELV rapporteuse du projet, évoque "le partage du matériel entre les entreprises, le reconditionnement d'invendus alimentaires tels que les fruits et légumes…"

Un budget léger

Pour ce faire, une enveloppe de 100 000 euros est prévue afin d'aider les personnes porteuses de projets allant dans le sens de cet appel. Une somme qui paraît un peu faible pour satisfaire un tel appel, surtout si l'on considère que chaque initiative pourra être subventionnée jusqu'à 15 000 euros maximum. La sélection promet donc d'être ardue. Mais Emeline Baume préfère "rester positive", bien qu'elle déplore le peu de débats autour du montant de l'aide lors du vote du conseil : "L'appel à projets a été approuvé à l'unanimité, alors si certains voulaient plus il fallait le dire à ce moment-là." Alors, comme elle le dit elle-même, "je fais avec ce que j'ai et j'espère qu'on pourra donner plus de crédits de fonctionnement l'année prochaine". Elle salue malgré tout l'allocation d'argent public "à ce type d'enjeux là".

La métropole table également sur des avantages financiers pour les consommateurs et les producteurs. Ce que confirme la conseillère déléguée à la Prévention des déchets et à l'Economie circulaire : "Tendanciellement, ça coûte moins cher au consommateur d'acheter des trucs comme ça que des produits suremballés dans la grande distribution." Les intéressés ont jusqu'au 29 septembre pour déposer leur dossier et bénéficier d'un accompagnement dans le cadre de cette initiative.

à lire également
Site de l’ancienne décharge du Bouquis, à Dardilly © Tim Douet
Huiles polluées, déchets pétrochimiques et de raffinage enterrés parfois dans de simples sacs plastique. Aux portes de Lyon, Dardilly a été le théâtre d’une pollution sans précédent dans l’histoire des premières “décharges contrôlées” du pays.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut