Hospices civils de Lyon : "Nous n’avons aucune leçon de gestion à recevoir"

Après que la Fédération de l’hospitalisation privée a lancé une charge contre l’hôpital public et proposé de mettre les Hospices civils de Lyon sous administration provisoire, le directeur des HCL a rapidement organisé une conférence de presse pour dénoncer des "mensonges"

Le directeur général des Hospices civils de Lyon, Daniel Moinard, n’a pas caché sa colère vendredi 27 janvier, à l’occasion d’une conférence de presse décidée quelque peu rapidement. La veille, devant les journalistes, la Fédération de l’hospitalisation privée (FHP) avait sonné la charge contre les établissements hospitaliers publics, dénonçant des gestions hasardeuses et un “système de santé drogué à la dette”, selon les termes de Jean-Loup Durousset, président de la FHP. Entre autres établissements visés par ce dernier, les Hospices civils de Lyon, qu’il préconise même de placer sous administration provisoire.

Daniel Moinard a eu du mal à passer outre. “Ils sont allés trop loin. On ne peut pas laisser dire de tels mensonges sans réagir”, a estimé le directeur général des Hospices civils de Lyon, en démentant “catégoriquement” le chiffre de 100 millions d’euros par an de déficitdu deuxième CHU de France. “Ces chiffres sont datés et faux. En 2008, les résultats, tous comptes consolidés, laissaient apparaître un déficit de 86 millions d’euros. En 2011, nous serons excédentaires, et nous amorçons notre désendettement”, a-t-il fièrement annoncé, avant de compléter : “Nous n'avons aucune leçon de gestion à recevoir.” A titre de comparaison, 37 % des établissements publics sont déficitaires, contre 42 % des cliniques.
Carte Vitale ou carte bancaire

Et si Daniel Moinard affirme que public et privé cohabitent “en bonne entente”, les coups de bâton entre ces deux secteurs n’ont rien de nouveau. Pour le directeur des HCL, ce dernier coup donné par la FHP représente “une manœuvre pour masquer les graves tensions internes à la fédération privée, en dénonçant un ennemi commun, l’hôpital public”. Et lorsque la FHP propose d’assurer la gestion des établissements déficitaires, Daniel Moinard bondit : “Ce serait tout bonnement la fin du service public. Nous ne faisons pas exactement le même métier. L'hôpital public prend en charge, sans distinction, des patients de toutes conditions financières, de toutes origines, et souvent les cas les plus complexes.” Et de résumer : “Chez nous, nous demandons la carte Vitale, pas la carte bancaire.”

à lire également
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut