Grand Hôtel-Dieu : l’architecte dément vouloir démissionner

Selon certains médias, le torchon brûlerait entre l’architecte du Grand Hôtel-Dieu, Albert Constantin et le maître d’œuvre, Eiffage. Faux, répond le principal intéressé, qui se dit “stupéfait” et “abasourdi” et affirme entretenir de parfaites relations avec Eiffage.

"Stupéfait". Albert Constantin se dit "abasourdi" après avoir lu ce vendredi des propos qui lui sont attribués. Selon un média lyonnais, l’architecte du projet de reconversion de l’Hôtel-Dieu aurait évoqué "des cons" en parlant d’Eiffage (le maître d’œuvre du projet de transformation de l’Hôtel-Dieu) après avoir reçu "une lettre dactylographiée de trois feuilles lui demandant de changer une terrasse par-ci, une entrée par-là". D’après l’article, le torchon brûlerait à un point tel que l’architecte aurait déclaré être "à deux doigts de remettre sa démission".

"C’est totalement faux", s’étrangle le principal intéressé, qui affirme ne pas avoir parlé avec le journaliste. "Il a peut-être entendu des bribes d’une conversation que j’avais avec un ami, mais qui étaient très très loin d’avoir la teneur des propos qu’on me prête", se défend-il farouchement, complètement sidéré par ce qu’il a lu. "Je m’entends parfaitement bien avec Eiffage, et son directeur est bien plus qu’une relation de travail, c’est un ami intime", confie-t-il.

“Traiter son gosse de “petit con”, ça n’est pas moins l’aimer”

"Dire que je les ai traités de “cons”, c’est particulièrement incorrect", ajoute-t-il, visiblement blessé. Et d’expliquer : "L’architecture, ce sont des débats, alors effectivement j’ai pu évoquer, dans le cadre de cette conversation privée, des échanges que nous avons avec Eiffage. Mais, des échanges, nous en avons depuis le début du projet, et heureusement sinon il ne serait pas ce qu’il est. Rien d'extraordinaire donc. Et si j’ai dit "petit con", ça n’avait pas plus qu’une portée affectueuse. Traiter son gosse de "petit con", ça n’est pas moins l’aimer."

"Aujourd’hui, je veux affirmer que le projet continue d’avancer et que nous le portons tous avec nos tripes, moi, Eiffage et tous les acteurs. Je ne suis vraiment pas près de démissionner et je me demande quel était le but de faire courir cette rumeur", martèle Albert Constantin. "Je ne vais pas partir ; bien sûr que non. Je travaille sur ce projet depuis des années, avec l’angoisse constante de faire attention à ne pas me tromper. Car ce projet ne m’appartient pas, pas plus qu’à la Ville. C’est celui de tous les Lyonnais, et l’erreur n’est pas permise. J’y consacre 80 % de mon temps, alors pas question de débarquer. Je suis très loin d'en avoir l'envie."

1 commentaire
  1. Timeo Danaos - 2 mars 2014

    Donc il l'a bien dit, mais pas méchamment.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut