École Doisneau : une cinquantaine d’enfants sur le carreau

Suite à l’absence de 2 professeurs des écoles ce lundi, une partie des élèves de l’école Robert-Doisneaun dans le 1er arrondissement, est restée dans la cour, surveillée par des parents d’élèves bénévoles qui se relaient.

Mais que se passe-t-il à l’école Robert-Doisneau ? Ce lundi matin, une petite cinquantaine d’enfants est restée dans la cour de l’école du 1er arrondissement de Lyon, surveillée par des parents bénévoles qui se relaient. À l’origine de cette situation, les absences simultanées de deux professeurs sur les cinq que compte l’école maternelle. Depuis une semaine, les élèves d’une des deux classes, dont l’institutrice était en absence prévue de longue date, avaient été répartis dans les autres sections.

Ce lundi, la défection d’une autre enseignante a compliqué les choses. "Il aurait fallu que chaque enseignant accueille 17 élèves de plus. Impossible", raconte une parent d’élève sur place. "Les enseignants ont refusé de prendre des élèves supplémentaires dans leur classe pour des raisons de sécurité. Avec autant d’élèves, ce n’est plus de l’enseignement, c’est du gardiennage", estime-t-elle.

"Nous nous relayons pour surveiller les enfants. Nous avons tenté de joindre l’inspecteur d’académie la semaine dernière pour comprendre le non-remplacement de l’institutrice, sans réponse. Nous avons essayé à nouveau de l’avoir ce matin, pour connaître sa position sur cette situation et savoir quelles mesures il comptait prendre, mais pour l’instant nous n’avons toujours pas de nouvelles." Joints par Lyon Capitale, les services de l’inspection d’académie n’ont pour l’instant pas été en mesure d’apporter de réponse à ces questions mais promettent de le faire d’ici midi ou dans l’après-midi. L’inspecteur, "en séminaire", n’était pas joignable ce matin.

à lire également
Nicolas Simiot © Antoine Merlet
À l’approche de la mobilisation du 5 décembre, Lyon Capitale a rencontré Nicolas Simiot, enseignant villeurbannais élu du syndicat SE-Unsa. Réforme des retraites, Gilets jaunes, Stylos rouges, laïcité, mais surtout rôle de l’école…, ce professeur des écoles au parcours atypique n’élude aucun sujet, bien décidé à ne pas attendre “que l’eau boue” pour réclamer que l’on “change de logique”. Notre entretien “Grande gueule” de décembre.
2 commentaires
  1. FOurs - 7 avril 2014

    C'est une manie de ne pas répondre quand on est en tord dans notre société !

  2. Sophie_Lyon - 7 avril 2014

    Joindre l'inspection ou le rectorat est un vrai défi; les parents d'élèves élus dans les CPE peuvent en parler. La plupart du temps les interlocuteurs sont injoignables; la prochaine fois je me présenterai comme journaliste de Lyon capitale, au moins vous avez une réponse !

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut