La route D44 à Gleizé
Capture d’écran google street map

80 km/h : comment le département du Rhône va s'adapter ?

Ce dimanche 1er juillet, le décret d'application du passage au 80 km/h prendra effet. Dans le département, 6 000 kilomètres de voirie sont concernés par la mesure.

Le département du Rhône, majoritairement urbain, n'est pas le plus touché par le décret qui abaisse la vitesse de 80 à 90 km/h. La plupart des routes concernées se trouvent en dehors de la métropole, elles sont décrites comme "bidirectionnelles à chaussée unique sans séparateur central à l’exception des routes à 3 ou 4 voies conçues pour permettre des dépassements sécurisés". Le décret, publié le 15 juin dernier, modifie le Code de la route pour permettre cet abaissement. Presque 6 000 km de voirie sont touchés par le décret dont 50 km dans la métropole, 2 500 de routes départementales, 3 300 de routes communales et 40 nationales. En revanche, 70 sections garderont une vitesse limitée à 90 km/h.

La nouvelle réglementation engage un changement des panneaux sur la route. Une quinzaine de panneaux 90 km/h vont être retirés pour 103 panneaux ajoutés. La préfecture indique que l'argent engagé par les collectivités territoriales dans ce changement sera remboursé par l'État. À l'échelle nationale, les dépenses relatives à la mesure sont estimées entre 6 et 12 millions d'euros.

Pour les détenteurs du permis en période probatoire, la vitesse reste inchangée. Les apprentis conducteurs n'auront pas à baisser leur vitesse de 10 km/h. La vitesse de 80km/h reste également la même en cas de pluie.

L'abaissement de la vitesse est justifié par le gouvernement pour deux raisons. Elle vise à lutter contre la mortalité. Une corrélation prouvée existe entre la vitesse et les accidents sur la route. Baisser la vitesse de 90 à 80 km/h permet de réduire la distance d'arrêt de 70m à 58m. Dans le Rhône, 30 % des accidents mortels se produisent sur une route de ce type. Aussi, réduire la vitesse permettrait "une baisse d'émission des polluants jusqu'à 30 %."

à lire également
Coordinateur du projet Transenvir, Stéphane Frioux et son équipe vont prochainement mettre en ligne un site consacré à l'histoire des politiques de transition environnementale face aux risques environnementaux dans l'agglomération lyonnaise. Entretien avec ce maître de conférences à l'université Lyon 2 et chercheur au laboratoire Larhra. Lyon Capitale : Après la démission de Nicolas Hulot du […]
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut