(Photo by PHILIPPE DESMAZES / AFP)

4 Métropoles dont Lyon chargent Wauquiez pour son "désengagement" environnemental

Dans un courrier adressé à Laurent Wauquiez, mardi 29 mars, les Métropoles de Lyon, Saint-Etienne,Grenoble et Clermont pointent la baisse des aides accordées par la région pour plusieurs projets liés à la transition énergétique.

Bruno Bernard (EELV), Olivier Bianchi (PS), Christophe Ferrari (DVG) et Gaël Perdriau (LR) ont mis leurs familles politiques de côté le temps d'un tir groupé à l'encontre de Laurent Wauquiez. En effet, dans un courrier envoyé mardi 29 mars au président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, les Métropoles de Lyon, Saint-Etienne, Grenoble Alpes et Clermont Auvergne ont pointé les désengagements financiers de la Région à propos des projets liés à la transition énergétique.

Des projets compromis

En clair, ils déplorent les baisses des aides régionales relatives à l'amélioration de la qualité de l'air, au développement des activités bois énergie et des réseaux de chaleur, aux initiatives en matière de prévention et de valorisation des déchets, ainsi qu'en faveur de la biodiversité. Les présidents des différentes métropoles de la région estiment que ces désengagements "fragilisent fortement l'émergence des projets, et pourraient compromettre l'atteinte des objectifs locaux, régionaux, nationaux et européens en matière de transition écologique". Par ailleurs, trois des quatre métropoles qui se sont fendues de ce courrier rappellent être "concernées par les contentieux nationaux ou européens en matière de qualité de l’air. Ainsi, elles vont mettre en place les Zones à faibles émissions (ZFE) que prévoit la loi d'orientation des mobilités, promulguée en 2019, et dont l'objectif principal est de rendre les transports "plus propres" et "moins couteux", selon le gouvernement. Comme le rappelle ce courrier commun, les aides à la conversion des véhicules professionnels et publics, "cruciales pour améliorer la qualité de l'air", sont également sous le coup de ce désengagement budgétaire.


"L’ensemble de ces désengagements régionaux représentent plusieurs millions d’euros qui coûteraient encore bien davantage en termes d’emplois dans la région, de pouvoir d’achat des habitants et de protection de l’environnement", les Métropoles lyonnaise, stéphanoise, grenobloise et clermontoise


Au-delà de l'enjeu environnemental, les Métropoles lyonnaise, stéphanoise, grenobloise et clermontoise insistent sur les conséquences que pourrait avoir cette revalorisation du budget sur la population d'Auvergne-Rhône-Alpes. "L’ensemble de ces désengagements régionaux représentent plusieurs millions d’euros qui coûteraient encore bien davantage en termes d’emplois dans la région, de pouvoir d’achat des habitants et de protection de l’environnement, abondent-elles avant d'en appeler directement à l'exécutif régional. C’est pourquoi nos collectivités demandent de reconsidérer ses orientations et de maintenir la totalité des enveloppes budgétaires prévues " et " à soutenir l’ensemble des territoires et les initiatives favorables à l’environnement, la biodiversité, le maintien de l’agriculture biologique, la santé et qui contribuent au développement de I’emploi local". 

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut