Le 4 mai 2002, l'OL remporte son premier titre de champion de France

RÉTRO - 10 ans jour pour jour après la conquête du premier titre de champion de France de l'Olympique lyonnais, Lyon Capitale vous propose de revivre le dernier match de la saison 2001-2002 face au RC Lens, qui a fait basculer le club de Jean-Michel Aulas dans une nouvelle dimension.

Au soir du 4 mai 2002, 42 000 spectateurs ont pris place au stade de Gerland pour la finale du championnat de France de football. L'équation est simple. Avant cette rencontre, Lens compte un point d'avance sur son hôte. Ainsi, tout autre résultat qu'une défaite offrirait le titre aux Nordistes, leaders depuis 28 journées. En face, les hommes de Jacques Santini rêvent de décrocher leur premier titre de champion de France de leur histoire, 52 ans après la création du club. Une éternité. Le décors est planté. Les joueurs entrent sur le terrain dans une ambiance indescriptible. Les tribunes sont en ébullition. Les Rhodaniens débutent parfaitement cette première période.

Sidney Govou s'illustre

Dès la 8e minute de jeu , le jeune espoir lyonnais Sidney Govou prend le meilleur sur son vis-à-vis, accélère plein axe et décroche un frappe terrible qui vient tromper le gardien Sang et Or. 1-0 pour l'OL. Tout va très vite en ce début de partie. Six minutes plus tard, Pierre Laigle déborde côté gauche et centre fort devant le but artésien. Son offrande est reprise par Philippe Violeau qui double la mise d'une reprise demi-volée du pied droit. Les Lyonnais font le break. Les milliers de personnes rassemblées place Bellecour exultent. Leurs protégés sont en train de leur offrir le titre tant attendu.

Un ancien Lyonnais relance le match

Mais les Lensois n'abdiquent pas. En tête pendant la majeure partie de la saison, ils ne veulent pas voir leur rêve se briser lors de la dernière journée du championnat. Sur un coup franc frappé côté gauche, le défenseur Jacek Bak, transféré de Lyon à Lens au mois de décembre 2001 réduit la marque en venant crucifier Grégory Coupet d'une reprise de volée, redonnant espoir aux 2100 supporters visiteurs ayant fait le déplacement. Les visiteurs poussent en cette fin de première mi-temps. Un seul but et le titre leur appartient. Dès le retour des vestiaires, les locaux reprennent la mainmise sur les débats. Après un travail exceptionnel de Juninho au milieu du terrain, le Brésilien décale Pierre Laigle qui trompe le gardien nordiste d'une belle frappe du pied gauche, déviée par un défenseur. Le break est fait. Gerland chavire de bonheur.

La fête sur toute la presqu'île

Plus rien ne sera marqué en seconde période. Après cinq longues minutes d'arrêts de jeu, l'arbitre délivre tout un stade en donnant le coup de sifflet final. Les joueurs célèbrent ce titre, tant attendu. A quelques pas d'ici, la plus grande place d'Europe est en fusion. La foule se déplace en masse vers la place de l'hôtel de ville pour attendre leurs héros. La fête durera tout au long de la nuit comme lors du sacre en Coupe de la Ligue, un an plus tôt. Une belle histoire a commencé ce soir là. Dix ans plus tard, les hommes du président Aulas ont remporté pas moins de sept titres de champion de France, six Trophées des Champions et deux Coupes de France, montrant à la France entière que Lyon est bel et bien devenu une vraie ville de football au début des années 2000.

à lire également
Entrée du Groupama Stadium, à Décines © Tim Douet
La préfecture a adressé ce jeudi ses recommandations aux supporters nîmois pour la rencontre entre l’OL et leur club, qui aura lieu ce vendredi soir au Groupama Stadium.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut