Bernard Rivalta
© Tim Douet

Vénissieux : Rivalta tente de s’incruster chez Picard

L’ancien président du Sytral, Bernard Rivalta, ne se présentera pas à Vénissieux sur la liste socialiste. Il tenterait en ce moment de s’inviter sur la liste emmenée par la maire communiste sortante, Michèle Picard. Mais celle-ci n’en veut pas… pour l’instant.

Alors que le Parti socialiste vient de présenter les candidats de sa liste autonome en vue de l'élection municipale des 22 et 29 mars prochains, un grand absent s'est fait remarquer. Bernard Rivalta, l'ancien président du Sytral, vice-président de la métropole, n’apparaît pas derrière Lotfi Ben Khelifa sur la liste du parti à la rose. Non pas qu'il en aurait été repoussé : il n'a tout simplement pas fait acte de candidature. "J'ai demandé à tous ceux qui souhaitaient partir à nouveau avec nous de me le dire. Bernard Rivalta ne l'a pas fait", confirme Lotfi Ben Khelifa.

Rivalta chez Picard ?

Bernard Rivalta, élu socialiste depuis 1977 dans l'agglomération et iconique président du Sytral, aurait-il, à 68 ans, lâché la barre de la politique locale ? Débarqué de la présidence du Sytral après l'annulation de l'élection municipale de Vénissieux, pourrait-il laisser passer sa chance d'obtenir un nouveau siège à la métropole, qui serait synonyme de ticket retour au syndicat des transports ? Pas si sûr. Selon nos informations, Bernard Rivalta essaierait de se présenter aux municipales de Vénissieux, mais sur la liste emmenée par la communiste Michèle Picard. Une information que confirme l'entourage de la tête de liste.

"Il a toujours été pour une liste d'union", commente sobrement Lotfi Ben Khelifa. Mais, pour le moment, Bernard Rivalta est persona non grata chez les communistes. "Il est socialiste, me semble-t-il, et il y a une liste socialiste pour les municipales de Vénissieux", glisse Raphaël Debû, secrétaire départemental du PCF Rhône, qui ajoute : "pourquoi pas ?"

Un accord en vue ?

Car l'affaire n'est pas encore totalement pliée pour Bernard Rivalta. Toujours d'après nos informations, des négociations sont en cours, qui pourraient aboutir d'ici la fermeture du dépôt des listes en préfecture le 5 mars prochain et voir Bernard Rivalta apparaître derrière Michèle Picard.

Dans l'entourage de Gérard Collomb, on avoue ne pas comprendre l'attitude de l 'ancien président du Sytral. "Il a toujours aimé le pouvoir. Qu'il ait peur pour sa place, on peut le comprendre, mais là, c'est carrément la panique", analyse un proche du maire de Lyon.

à lire également
Rue Bellecordière (dessin d’architecte) © Asylum
Après le Carré de Soie, à cheval entre Villeurbanne et Vaulx-en-Velin, et la Confluence, à la pointe de la Presqu’île, le Grand Hôtel-Dieu est le troisième projet de centre commercial lancé par Gérard Collomb, durant son deuxième mandat...
12 commentaires
  1. spacelex - 25 février 2015

    Rivalta ce n'est plus la 'patate chaude' c'est l'écrasé de pommes de terre façon puzzle ... j'en frémi de joie !

  2. Vesper - 25 février 2015

    Cet homme est pitoyable. On dirait un dictateur déchu qui cherche à retrouver sa place coûte que coûte.

  3. webmaster - 25 février 2015

    Lyoncapitale.fr offre un espace de liberté aux internautes.Veuillez néanmoins échanger dans le respect des autres et du site.

  4. grandlyonnaise - 25 février 2015

    de la vraie cecotine On le met dehors avec un coup de pieds aux f. et le revoilà qui tente de faire intrusion par la fenêtre ....Il faut lui conseiller de faire un peu de formation pour apprendre les rudiments de la démocratie qui lui ont fait défaut pendant toute sa vie de professionnel élu cumulard, ce serait utile au moins pour lui, parce que nous, contribuables, on ne veut plus voir ces gens qui se servent avant de servir pour mémoire : http://www.lyonmag.com/article/33501/conseil-d-etat-rivalta-et-barriol-rembourseront-leur-trop-percu-d-indemnites

  5. Collombitude - 25 février 2015

    SVP. M. Picard, ne le prenez pas sur votre liste, non seulement il n'a rien d'un socialiste( ce mot ne veut plus rien dire) mais rien d'un communiste.( c'est un grand pote à Aulas) On le connaît à Décines et dans l'Est lyonnais, on connaît avec quel mépris, lui Crédoz; Sturla, et Collomb ont traité les habitants,( c'est moi qui ait le micro...) pour faire un pont d'or à Aulas, avec un petit tram payé par nos impôts desservant le stade du capitaliste Aulas. Là ce serait vraiment trop, le PC se doit au premier tour comme au deuxième de ne pas se déshonorer en prenant cet individu sur sa liste.Le PS est à droite, que le PC reste à gauche!!!

  6. Robes Pierre - 25 février 2015

    Une des raisons pour lesquelles la limitation du nombre de mandats à deux est d'actualité, le pays n'a que faire de ces gens qui oublient qu'être élu c'est avant tout servir.A 68 ans l'heure à sonnée de s'occuper de ses petits enfants et de laisser la gestion aux jeunes générations. Attention au rejet des électeurs absolument pas prêt à accepter des transfuges qui sanctionneraient la liste par sa présence.

  7. guidoline - 25 février 2015

    Rivalta, ou tout ce que la population déteste en politique : l'affairisme, le clientélisme, le népotisme, les coups bas, l'enrichissement personnel, l'arrogance, l'avidité du pouvoir… Ça fait beaucoup pour un seul homme ! L'heure de la retraite (et des remboursements) a sonné.

  8. Dadi.Abdelkader.A - 3 mars 2015

    (1)Les pontes et autres 'notables' de Lyon,parachutés en tous genres non pas leurs place à Vénissieux. Comme disent nos jeunes ' cheh!! '(1), il se retrouvera peut être, espérons le, pour qu'il sache de quoi il parle la prochaine fois (sic). Au chômage comme beaucoup de citoyen qui ne peuvent s'acheter des tickets de bus.

  9. Dadi.Abdelkader.A - 3 mars 2015

    (2)Collomb,'les couloirs du pouvoir lyonnais' lui trouveront un job,solidarité de la bourgeoisie Lyonnaise 'politique' oblige. En tous cas à Vénissieux, Mr Rivalta, vous vous êtes fait casser vos dents longues 'politiques' ou plutôt carriéristes , 'les sans dents' de Vénissieux vous disent 'à jamais!'. Retour à l'envoyeur C.Collomb,qui lui aussi croit que c'est de Lyon que doit se décider ,l'avenir ,les choix pour Vénissieux.

  10. Dadi.Abdelkader.A - 3 mars 2015

    (3)Dans les quartiers le parti socialiste ne représente plus rien , depuis bien longtemps. Pour cette 'gauche' qui c'est jouer des quartiers populaires,de la population issue de l'immigration depuis tant d'années.Le temps de 'L’esbroufe' politique est terminé !

  11. Dadi.Abdelkader.A - 3 mars 2015

    (4)Au nom de nos anciens,de nos grandes sœurs et grands frères qui c'étaient mobilisés pour défendre des droit élémentaires de citoyenneté et dont la cause à été récupérer par..

  12. Dadi.Abdelkader.A - 3 mars 2015

    (5).. les réseaux 'assos' du parti socialiste et à donner la coquille vide qu'est SOS Racisme pour nous habitants des quartiers populaires. Nous ne soutiendrons jamais plus ce parti qui a de 'socialiste' que le nom , l'Histoire avec l'exemple de F.Mitterrand aurait du nous faire comprendre qu'il fallait se méfier,nous sommes nombreux maintenant à le savoir dans nos quartiers.RIVALTA GAME OVER , ce n'est que le début..Site ICIVénissieux : http://www.venissieux-minguettes.fr/

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut