Capture d’écran 2013-07-15 à 18.37.57

Nathalie Perrin-Gilbert bientôt exclue du PS ?

ENTRETIEN - Christophe Borgel, secrétaire national du PS en charge des élections, prévient la maire du 1er arrondissement : elle sera exclue du PS si elle maintient sa candidature après octobre, quand sera très probablement investi le maire sortant. Et peut-être même avant si elle "multiplie les déclarations".

Lyoncapitale.fr : Nathalie Perrin-Gilbert a annoncé son intention d'être candidate face à Gérard Collomb (lire ici). Qu'en pense le PS ?

Christophe Borgel : Le PS n'a pas encore désigné son candidat. Chacun sait que le maire de Lyon sera candidat à la candidature. Je souhaite qu'il le soit. Il a mené une action extrêmement importante pour le développement de Lyon et il a ouvert le chantier de la métropole – des métropoles en général et de celle de Lyon en particulier. Ça a du sens qu'il soit à nouveau candidat. Le dépôt des candidatures se fera en octobre.

Et qu'elle se présente face à lui, en dissidente, ce n'est pas un problème ?

Si Nathalie Perrin-Gilbert est candidate à la candidature, c'est son droit. Je n'ai pas de doute que les militants choisiront très massivement Gérard Collomb. En revanche, elle sera exclue si elle maintient sa candidature après le processus de désignation. Il n'y a pas un seul dirigeant socialiste qui dirait le contraire. C'est le seul cas d'exclusion automatique du parti, prévu dans nos statuts. Si besoin, on lui rappellera qu'on n'est pas candidat de sa propre décision, que cela passe par une procédure de désignation.

Donc elle ne pourrait être exclue qu'après octobre ?

Ça va dépendre d'elle. Si elle multiplie les déclarations qu'"en toute hypothèse, elle sera candidate", ça va poser un problème avant octobre. Ça ne nous laisserait pas sans réagir. Les électeurs ont besoin de clarté. A l'heure d'aujourd'hui, il n'y a pas eu de demande d'exclusion ou de rappel à l'ordre de la part de la fédération du Rhône à la commission des conflits.

N'est-ce pas une situation à front renversé ? L'an dernier, le maire de Lyon soutenait un dissident…

Gérard Collomb n'a pas été candidat lui-même. Or, l'exclusion automatique n'est prévue que lorsque quelqu'un est candidat face à la personne désignée par le parti.

A l'époque, vous-même étiez venu à la rescousse de Nathalie Perrin-Gilbert (lire ici), qui portait les couleurs du PS…

C'est un autre débat. A l'époque, j'avais eu l'occasion de lui dire ce que je pensais. Je lui avais dit que ce n'était pas une bonne décision. La manière dont elle s'était engagée comme suppléante ne conduisait pas à un apaisement de la situation. Je le lui avais dit mot pour mot. Mais le PS avait alors un candidat, et c'était mon boulot de le soutenir.

  • Pourquoi Collomb ne demande pas sa tête

Le scénario est écrit d'avance, mais personne n'a intérêt à le jouer trop tôt. La maire du 1er arrondissement sera congédiée du PS. Comme nous l'explique Christophe Borgel, sa décision d'affronter en dissidente le maire sortant aux municipales de l'an prochain conduit à son exclusion "automatique" du PS. L'intéressée le sait, et a choisi de ne pas démissionner de son parti, comme l'idée lui taraudait l'esprit depuis plusieurs années. Elle estime que c'est Gérard Collomb qui s'est lui-même exclu du mouvement depuis qu'il adopté une ligne plus libérale que socialiste. Quitter volontairement son mouvement signifierait symboliquement que c'est elle qui a bougé.

Christophe Borgel nous l'apprend : Gérard Collomb n'a pas encore sollicité, via la fédération du Rhône, les instances nationales pour que son ex-protégée soit sortie du PS. Il n'a pas intérêt à en faire un bouc émissaire, elle qui est portée à la victimisation. Enfin, la Rue de Solférino est quelque peu gênée de sanctionner durement une élue qui a été elle-même confrontée à une dissidence aux législatives l'an passé, quand elle était la suppléante de Philippe Meirieu, soutenu par le PS, face au Radical Thierry Braillard, fortement appuyé par le maire de Lyon. La maire du 1er arrondissement était alors quasi seule à défendre la légitimité socialiste.

avec Paul Terra

Lire aussi : “Perrin-Gilbert : 18 ans pour tuer le père”

Lire aussi : Nathalie Perrin-Gilbert réagit à notre article

à lire également
Gare SNCF TER Lyon TGV
La SNCF et la Métropole de Lyon se sont réunies ce matin, lundi 18 mars, sur le projet de nœud ferroviaire lyonnais. L’idée de la construction de deux nouvelles voies à la gare de la Part-Dieu est envisagée.
3 commentaires
  1. citeoak - 16 juillet 2013

    Notre nepote lyonnais s'est permis la dissidence et bousculer 2 ministres de la République en visite a Lyon . Il a donné un très mauvais exemple et il serait mal place pour demander son exclusion. Quant au PS s'il l'excluait révèlerait sa veulerie en se couchant devant un notable. En étant faible à avec les forts et dure avec les faibles ...

  2. Kasneh - 17 juillet 2013

    Avec le PS on jamais trop loin des procès politiques d'autrefois. On voit aussi la ligne du politiquement correct choisi par Moscovici, Taubira etValls devant la commission sur l'affaire Cahuzac. Responsables mais pas coupables.

  3. allfreedom - 18 juillet 2013

    elle doit être craint si elle suscite autant l'intérêt de ses pères 😉

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut