Manifestation pompiers janvier 2018 2
@Arthur Brenac

Lyon : les pompiers manifestants critiqués par les politiques

À l’occasion de la cérémonie des Vœux au SDMIS, Stéphane Bouillon, préfet du Rhône, David Kimelfeld, président de la Métropole, Jean-Yves Sécheresse, 3e adjoint au maire de Lyon et Christophe Guilloteau, président du conseil départemental du Rhône, sont revenus sur les manifestations de pompiers de ce début de semaine. Dans des termes très loin de l’apaisement.

Dans son adresse aux membres du Service départemental -métropolitain d’Incendie et de Secours, David Kimelfeld leur a souhaité "une année pleine de tendresse, car il en faudra". Un vœu qui tranche radicalement avec les propos tenus à la même occasion par Jean-Yves Sécheresse, Stéphane Bouillon et Christophe Guilloteau. Eux n’ont pas été tendres. Les sapeurs-pompiers ayant participé aux manifestations de ce début de semaine, pour dénoncer les caillassages dont ils sont victimes, en ont pris pour leur grade. Tous ont commencé par rendre hommage aux pompiers victimes d’agressions en interventions. Mais bien vite, les mots se sont faits plus durs. Jean-Yves Sécheresse a ouvert le bal en demandant aux agents en face de lui de ne pas "sombrer dans le populisme et la provocation, comme nous venons de le voir, de certains irresponsables ».

"Une manifestation tombée dans la caricature", selon Guilloteau

La palme de la tendresse revient pourtant sans conteste à Christophe Guilloteau, président du conseil départemental du Rhône. Aux sapeurs-pompiers décorés se tenant dans la salle, il a déclaré : "vous n’obtiendrez rien de mieux, rien de mieux, en vous comportant comme vous vous êtes comportés hier". Il déplore une manifestation tombée dans "la caricature", des propos auxquels David Kimelfeld "souscrit totalement". Et qui ont fait écho au discours tenu ensuite par Stéphane Bouillon.

"En démocratie (...) on peut demander des réunions sans enfoncer des portes"

Voir un cercueil posé en pleine rue n’a pas plus au préfet du Rhône. "En démocratie, on peut avoir un dialogue dans la sérénité, a-t-il argué. On peut demander des réunions sans enfoncer des portes. Et on peut manifester tout en respectant l’agenda". Stéphane Bouillon fait ici référence au décès de deux sapeurs-pompiers lillérois dans la nuit de samedi à dimanche, lors de l’intervention sur un incendie à Estrée-Blanche. Tout en déplorant cette démonstration de mauvais goût en période de deuil, le préfet du Rhône a assuré comprendre la "colère" des manifestants et celle de leur famille. Avant de leur demander de "relativiser".

à lire également
Pour sa dixième édition lyonnaise, le salon dédié à la santé et à la sécurité au travail ouvrira ses portes les 29, 30 et 31 mai à Eurexpo. En parallèle, se tiendront les premières assises de la sécurité globale des territoires, où seront débattues les questions sur la sécurité.
1 commentaire
  1. Gemini - 12 janvier 2018

    Quelle bande de raclures, ces politicards minables. Nous ne sommes pas en démocratie déjà. Ces pourritures n’écoutent rien ni personnes et ne défendent que leurs propres intérêts et ceux de leurs copains. Ils ne comprennent que la manière forte. Les pompiers ont donc eu raison d’agir ainsi. Faute de quoi, les politicards auraient fait comme d’habitude : ils auraient versés quelques larmes de crocodiles et n’auraient rien fait, ou alors brassé du vent.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut