Sucre vidéo de propagande
Image extraite de la vidéo “Le merveilleux repas d’Ulysse”

Le lobby du sucre au cœur des écoles

Savez-vous qui va fournir le matériel pédagogique destiné aux enfants et aux enseignants des écoles, pour l’éducation à la nutrition ? La réponse va vous surprendre : c’est le lobby des fabricants de sucre. Et ce alors que le dernier rapport mondial sur le cancer met sérieusement en cause le sucre. Un signe de plus du pouvoir croissant des lobbys sur les pouvoirs publics français.

La première précaution à prendre, quand on est un lobby, c’est de se trouver un nom qui inspire confiance. “Lobby des sucriers”, c’est trop voyant. Les industriels de la filière se sont donc baptisés CEDUS, Centre d’études et de documentation du sucre. Fin 2013, ce CEDUS a réussi à signer une convention avec le ministère de l’Éducation nationale. Un accord qui lui confie “la formation et l’information des élèves et des enseignants en matière d’alimentation”. Un vrai couronnement de l’action du CEDUS, qui défend les intérêts de la filière sucrière depuis 1932.

Même bien sucrée, la pilule a quand même du mal à passer. L’info a été reprise et, de site en site, elle a fini par faire réagir quelques spécialistes en vue. Du coup, le CEDUS vient de publier un communiqué sur son site sur le thème : “Ne nous fâchons pas, ne diabolisons aucun aliment, le CEDUS n’essaie pas de se substituer aux enseignants”, etc. Et l’affaire est arrivée jusqu’au Parlement : le 12 février, la députée écologiste Laurence Abeille a interpellé Vincent Peillon sur cet étrange partenariat. Réponse, en substance, du ministre de l’Éducation nationale : les enseignants sont suffisamment vigilants pour ne pas être victimes de désinformation.

Cette confiance dans le corps enseignant est touchante, mais naïve. Car le CEDUS a déjà montré comment il manipulait, de façon presque subliminale, l’information. Notamment dans une vidéo – qualifiée de “matériel pédagogique” – diffusée en continu sur son stand lors des deux derniers Salons de l’agriculture et disponible sur les sites de partage les plus connus.

Les gâteaux, légumes méconnus

Le docteur Dominique Dupagne, défenseur de l’éthique dans l’information de santé, a décortiqué cette vidéo sur son blog. Intitulée Le Merveilleux Repas d’Ulysse, le film de 6 minutes et demie prétend célébrer le repas gastronomique à la française, inscrit depuis 2010 au Patrimoine de l’Unesco. En fait, c’est une promotion du sucre sous toutes ses formes. Le plat principal du repas : un bar au fenouil, légume honni des enfants. En illustration : de délicats poissons d’aquarium multicolores, et un poisson-clown – tous les enfants penseront à Nemo. Autant essayer de motiver le minot à manger sa viande en lui parlant d’un rôti de Bambi bien saignant.

Une autre séquence évoque les fruits et légumes du potager d’un papy. On voit un énorme gâteau à trois étages se glisser, l’air de rien, au milieu de la farandole des aubergines, des fraises et des tomates. Peut-être un OGM d’un nouveau genre ?

Ce petit chef-d’œuvre de manipulation a été concocté par une agence de communication. Laquelle se vante de “responsabiliser” plus de 2 millions d’enfants chaque année, notamment à travers 75 000 “kits pédagogiques” distribués gratuitement… Les écoliers sont en de bonnes mains !

Plus de sucre = plus de cancers

Ce qui tombe mal pour le CEDUS, c’est que de plus en plus de recherches concluent que le sucre est l’un des principaux responsables de l’épidémie d’obésité et de diabète. Et le rapport mondial sur le cancer, qui vient de sortir, est accablant : si le sucre représente 21 % des calories que vous ingérez chaque jour, votre risque de cancer est doublé par rapport à une personne qui n’absorberait que 7 % de ses calories sous forme de sucre. Et si ce pourcentage de sucre atteint 25 % de vos calories quotidiennes, votre risque est quasiment triplé !

Certes, dans ce genre de débat, chacun brandit son étude, et on ne sait plus quoi penser. Surtout, il faudrait d’abord examiner l’étude elle-même ; en effet, ses résultats dépendent beaucoup de son financement ! Un exemple ? Quelque 83 % des études financées par l’industrie concluent qu’il n’y a aucun lien entre la consommation de boissons sucrées et la prise de poids. Quand les études sont indépendantes, donc non financées par l’industrie, le résultat est exactement inverse : 83 % des études concluent que la consommation de boissons sucrées fait grossir.

Cela n’empêche bien sûr pas le CEDUS, sur son site, de minimiser la portée des études négatives, en soulignant par exemple que les sucres ajoutés apportent en moyenne 9,5 % des calories chez les adultes français, et 15 à 17 % pour les adultes américains. Et que notre consommation de boissons sucrées est “seulement” de 66 litres par an en France, trois fois moins qu’aux États-Unis, où elle atteint 200 litres. Sous-entendu : nous avons encore de la marge, resservons-nous un petit soda !

Le CEDUS n’est pas le seul lobby très impliqué auprès des pouvoirs publics. Déjà, l’élaboration du plan national Nutrition-Santé – et son fameux site MangerBouger – a soulevé beaucoup de questions, avec des experts présentés comme indépendants mais qui ont tous des liens avec l’industrie, et une participation directe de grandes marques de fast-food. C’est un plan quinquennal, qui reflète surtout les intérêts du secteur agro-alimentaire. Une preuve ? La pyramide alimentaire communiquée par ce plan national : elle donne trop de place aux céréales et aux produits laitiers, au détriment des légumes. Le fait que la France soit une grande productrice de céréales et de lait est sans doute une coïncidence.

Les précédents sont fâcheux ; ainsi, dans notre pays, les laboratoires pharmaceutiques dictent une grande partie de la politique de santé – 80 % de l’information des médecins est fournie par les labos, et notre Sécu ne s’en porte pas mieux. Alors, puisqu’on ne confie pas les normes de sécurité routière aux constructeurs de bolides, et qu’on ne demande pas aux fabricants d’OGM de protéger la biodiversité, pourquoi sollicite-t-on les lobbys agroalimentaires pour apprendre à nos enfants à bien se nourrir ?

1 commentaire
  1. stivostine69 - 24 février 2014

    Que les industriels du sucre s'occupent de nutrition au sein de l'education nationale, c'est finalement pas si loin que les LGBT qui s'occupent de l'education de Genre, c'est évidemment de la propagande a destination des enfants dont les fondements sont a trouver dans le marketing medical (un héros positif dans une BD, un placement produit et hop, augmentation des ventes)...

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut