Centrale du Bugey  : la métropole pas invitée car elle n'a pas demandé

La commission locale d'information de la centrale nucléaire du Bugey se réunit ce vendredi après-midi à Saint-Vulbas en présence d'élus suisses, mais sans représentants de la Métropole de Lyon. Celle-ci n'a pas été invitée… mais elle n'en a pas non plus fait la demande.

La commission locale d'information de la centrale nucléaire du Bugey se réunit ce vendredi après-midi à Saint-Vulbas, à quelques centaines de mètres de la centrale. Y participent pour la première fois des élus de la ville de Genève (située à 70 km de la centrale), invités à prendre part à cette réunion après qu'une plainte a été déposée par la ville contre la centrale, pour mise en danger de la vie d'autrui. "Notre population est mise en danger par cette centrale qui est à 70 kilomètres de nous (…) Il y a des dysfonctionnements à répétition dans cette centrale. Elle est désuète. Et puis le canton de Genève estime que le nucléaire est une technologie dangereuse… quand il y a un accident, les rayons nucléaires ne s'arrêtent pas aux frontières", expliquait il y a quelques semaines de cela Lisa Mazzone, conseillère nationale de l'Assemblée nationale fédérale suisse et porte-parole des Verts de Genève.

En revanche, aucun élu ne représentera la Métropole de Lyon pourtant distante de 15 kilomètres à peine de la fameuse centrale. Officiellement, la Métropole n'a pas été invitée (contrairement aux Genevois). "La Métropole de Lyon n'a pas été conviée tout simplement parce que le président, Gérard Collomb, n'en a pas fait la demande. Du moins pas à temps. Hier, le courrier pour demander à assister à cette réunion n'était pas parti. Il était toujours introuvable ou coincé dans un parapheur", déplore Pierre Hémon, président du groupe Europe Ecologie- Les Verts à la Métropole. Pour lui, ce retard dénote surtout "le désintérêt considérable" de la Métropole pour ce sujet.

"Je ne demande pas à ce que Gérard Collomb milite pour la fermeture de la centrale du Bugey. Simplement je souhaite que les élus puissent être tenus informés, notamment pour garantir la sécurité des habitants de la Métropole et de tous ceux qui habitent dans le périmètre de 100km autour de la centrale", soutient Pierre Hémon.

à lire également
nucléaire
Après de nombreuses actions des militants écologistes pour montrer la vulnérabilité des installations nucléaires, la Commission d’enquête de l’Assemblée nationale rendait ce jeudi ses conclusions. Au programme, 33 recommandations pour sortir de la crise et une remise en question de la gestion des déchets nucléaires.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut