L’extrême droite radicale poursuit son implantation dans le Vieux-Lyon


Par S.A.
Publié le 26/12/2016  à 12:43
2 réactions

Après les Identitaires, c’est au tour du Gud d’affirmer sa présence dans le 5e arrondissement, avec l’ouverture de deux commerces et d’un local pour réunir ses quelques adeptes.

vieux-lyon
gonedelyon (CC)
vieux-lyon

Le Vieux-Lyon comme arrière-base de l'extrême droite radicale ? La tendance semble se confirmer. Six ans après l'ouverture du local des Identitaires, la Traboule, montée du Change, et deux ans après l'expérience avortée de la Maison Bleue d’Yvan Benedetti et Alexandre Gabriac, rue Saint-Georges, c'est au tour du Gud d'affirmer sa présence dans ce quartier historique. Avec une préférence pour le secteur Saint-Paul. Si ces groupes sont peu nombreux numériquement, leur logique territoriale est évidente.

Responsable du Gud Lyon, mouvement radical dit étudiant relancé à Lyon sous l'influence d'Alexandre Gabriac en 2011, Steven Bissuel a ainsi ouvert une boutique 4 rue Juiverie. Polos Fred Perry, Bombers Longsdale... tous les classiques du genre y sont disponibles. De quoi affûter son look de parfait "gentleman fasciste". Un idéal mis en avant lors de la création de la branche lyonnaise du Gud (comptes rendus de réunion disponibles ici et ).

Tatouages et néofascisme italien

Dans la parallèle rue Lainerie, c'est un salon de tatouage qui a ouvert ses portes au mois de septembre. Au numéro 10 de la ruelle pavée, se tient désormais le Point d'Encrage, où exerce Daniele Castellani dit “Pasquino”. Avant de traverser les Alpes, ce jeune Italien originaire de Rome s'est présenté aux deux dernières élections municipales sur les listes du mouvement néofasciste Casapound dans le 3e secteur de la capitale italienne (consulter les listes 2016 et 2013).

Un mouvement pour lequel le Gud français ne cache pas sa sympathie. Ses dirigeants viennent régulièrement donner des conférences en France. Et l'on ne compte plus les photos sur les réseaux sociaux faisant apparaître la collusion entre les membres des deux mouvements. Ici Steven Bissuel avec Simone di Stefano, vice-président de Casapound et tête de liste du parti au dernières élections municipales à Rome.

L’ombre de Logan Djian

Portrait tatoué de Dominique Venner essayiste d'extrême-droite
Capture écran Facebook
Portrait tatoué de Dominique Venner essayiste d'extrême-droite

Dans la palette de réalisations récentes du tatoueur italien, on retrouve notamment ce portrait de l’essayiste d'extrême droite Dominique Venner. Et, parmi ses clients fidèles, son ami Logan Djian, le patron du Gud Paris, condamné l'an dernier pour violences en réunion, à l'encontre de son prédécesseur. Interdit de séjour en Ile-de-France, l'homme qui cache le blason de division SS tatoué sur son bras gauche quand il prend la pose avec Marion-Maréchal Le Pen, a lui aussi posé ses valises dans le 5e arrondissement, à la fin de l'été.

Tout ce petit monde se retrouve régulièrement dans le nouveau local du Gud, baptisé le Pavillon Noir. Une petite pièce exiguë, située "dans le centre de Lyon", où se serrent chaque semaine les quelques adeptes locaux entre les murs peints des portraits de Maurice Bardèche, Drieu la Rochelle ou Julius Evola.

Sébastien de Boëldieu, représentant extérieur de Casapound dans le local du Gud
Capture écran Twitter
Sébastien de Boëldieu, représentant extérieur de Casapound dans le local du Gud

Sur le modèle des Identitaires de la Traboule, les partisans du Gud organisent des conférences idéologiques. Les réunions se font autour de planches de saucisson et d'invités ayant une petite notoriété dans le milieu de l'extrême droite radicale. Ici, Sébastien de Boëldieu, chargé des relations extérieures de Casapound.

 

Rock identitaire et distribution de nourriture

En janvier, le local accueillera des groupes de rock proches de la tendance NSBM (national-socialist black metal). Des rencontres avec le groupe Baise ma Hache, qui reprend notamment un poème de l'écrivain collaborationniste Robert Brasillach, ou Peste Noire, qui se présente comme “nationaliste” et “racialiste”, sont ainsi annoncées.

Comme les Identitaires, parés de leurs tenues jaunes, le Gud organise aussi des distributions de nourriture une fois par semaine. Devant le métro Saint-Jean, le vendredi soir, leur stand a beau ne pas attirer les foules, les opérations sont largement relayées sur les réseaux sociaux.

 

La présence de l'extrême droite dans le Vieux-Lyon
DR
La présence de l'extrême droite dans le Vieux-Lyon

 

Cette volonté d'enracinement de l'extrême droite lyonnaise dans le bas du 5e arrondissement est d'ailleurs accréditée par les débordements de la “marche des cochons” en 2011 ou encore le déroutement de la gay-pride depuis 2015.

En ouvrant maintenant des commerces, la droite radicale fait coup double, affirmant sa présence par des lieux communautaires tout en profitant de la rente générée par cette communauté.

 

  • Actuellement 4 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 3.8/5 (53 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

à lire également

Vos réactions
2 commentaires

Ces jeunes seraient noirs, les journaleux les trouveraient courageux, entreprenants, volontaires et réclameraient des subventions pour eux. Mais ils sont blancs : ah les salauds !

Signaler un abus | le 26/12/2016  à 22:03 | Posté par  LyobRebelle  

Quand on critique une façon de faire, une attitude, une idée, on attaque l'idee. Pas les auteurs.
Ici, traités de façon péjorative de "journaleux" . Bon,concernant les Noirs, qui a idée de soutenir des gens qui rejettent, contre des innocents sur qui pleuvent au quotidien des propos racistes, des plaisanteries douteuses, des débats frustrants à la télé au quotidien... Sans compter l'injustice que nous leur imposons !

Signaler un abus | le 30/12/2016  à 22:15 | Posté par  Anti-Torpeurénaïveté  

Il n'est pas possible de poster des commentaires au-delà de 60 jours après la publication de l'article.