"Le programme de Fillon n'est pas un programme de douleur"


Par Justin Boche
Publié le 19/04/2017  à 16:56
Réagissez

À quelques jours du 1er tour de l’élection présidentielle, François-Noël Buffet, sénateur maire LR d'Oullins et soutien de la première heure de François Fillon était l’invité de l’Autre Direct.

François-Noel Buffet, sénateur maire LR d'Oullins
© Tim Douet
François-Noel Buffet, sénateur maire LR d'Oullins

Lyon Capitale : Ce dernier parle de vote caché, de cabinet noir, de bureaucratie qui entrave le pays. La dernière semaine de campagne de François Fillon se finit dans un contexte de paranoïa aux accents populistes. Elle vous gêne cette fin de campagne ?

François-Noël Buffet : Je préfère que l'on soit plus sur le fond que sur des déclarations qui paraissent tout à fait superficielles. Chacun sait qu'il ne faut pas tomber dans le populisme et François Fillon ne le fait pas. Il reste sur son programme et son projet. On ne peut pas exclure le fait que le début de cette campagne n'a pas été bon dans le sens où l'on est resté sur des histoires et des manœuvres tout à fait inacceptables dans une démocratie comme la nôtre. Maintenant, on est sur le fond et restons sur le fond et sur le programme, car l'enjeu est d'élire le président de la 5e puissance du monde dans un contexte extrêmement difficile.

François Fillon qui porte un projet de rigueur et d’austérité. Aujourd'hui pour voter Fillon est-ce qu'il ne faut pas débrancher son cerveau en si disant "on oublie qui donne la leçon de politique" ?

Ce n'est pas un vote ou un programme de douleur parce que la douleur nous l'avons aujourd'hui. Il y a 7 millions de chômeurs et 9 millions de pauvres en France.

Mais est-ce qu'il n'y a pas une inadéquation entre le discours et l'image du candidat aujourd'hui ?

C'est l'image que l'on a voulu lui faire porter et dont on sait tous qu'elle a été en partie organisée. Mais il demande surtout des réformes profondes pour redonner à chacun la possibilité de vivre normalement dans ce pays qui est un des plus beaux pays du monde. Or la difficulté est que l'on doit faire des efforts. On a 2000 milliards de dettes. Il faut bien trouver le moyen de faire des économies et de recréer de la richesse pour faire redémarrer le pays. C'est ça l'enjeu de fond.

Retrouvez l’interview de François-Noël Buffet dans l’Autre Direct dans la vidéo ci-dessous.

  • Actuellement 5 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 5/5 (1 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

à lire également

Vos réactions
0 commentaire

(Mentions légales, cliquez-ici)
Mot de passe oublié ?