UberPOP : à Lyon, les taxis réclament des sanctions plus fortes

Les taxis du Rhône dénoncent depuis plusieurs mois une "concurrence déloyale". Ils sont reçus ce jeudi en préfecture. Ils réclament des sanctions strictes contre les UberPOP, ces voitures avec chauffeur pilotées par des particuliers.

Mise à jour à 15h15 : le préfet a signé un arrêté interdisant l'activité de transport de personnes de type UberPop dans le département du Rhône.

Les chauffeurs UberPOP seraient entre 150 et 300 rien que sur l'agglomération lyonnaise, selon les estimations de la fédération des taxis indépendants du Rhône et de la CGT taxi. Contrairement au service classique Uber qui met en relation chauffeurs de voiture de tourisme et particuliers, POP donne l’opportunité à n'importe quelle personne de proposer des trajets dans son véhicule de tous les jours. Cette situation agace sévèrement les taxis qui estiment qu'il s'agit de "concurrence déloyale".

Une oreille compatissante à la préfecture

Les chauffeurs du Rhône sont reçus aujourd'hui par le préfet du Rhône Michel Delpuech. Ils attendent de lui la prise d'un arrêté d'interdiction contre les services d'UberPOP, mais surtout un renforcement des contrôles de ces véhicules, qui provoquent selon eux la chute de leur chiffre d'affaires. Le préfet avait d'ailleurs déjà mentionné dans un courrier aux représentants des taxis du Rhône vendredi la prise d'un arrêté d'interdiction, indiquant que "ses services travaillaient en ce sens". Lorsqu'il était préfet de Gironde, Michel Delpuech avait déjà pris des mesures contre Uber. Les taxis lyonnais devraient donc trouver une oreille compatissante.

Les chauffeurs de taxi n'hésitent pas à montrer les crocs

Depuis le mois de janvier, près de 420 procédures judiciaires ont été lancées contre UberPop. Préféré aux taxis notamment pour son prix attractif et pour certains sa simplicité et une meilleure qualité de service, Uber et UberPOP font du bruit bien au-delà du Rhône. Rien qu'hier, l'un de ses chauffeurs s'est fait agresser par une dizaine de taxis à Strasbourg, qui l'ont enfariné après s'être fait passer pour des clients. Un autre chauffeur UberPOP s'était aussi fait attaquer la semaine dernière par une trentaine de taxis à Nice.

1 commentaire
  1. le penseur - 18 juin 2015

    Bonjour à tous et toutes En ce qui concerne cette affaire il y du pour et du contre, Mais ne serait il pas possible que taxis et ube rpop ne s'entende comme la Belgique le propose dans son pays . Déjà il serait normal que les conducteurs uber bop payent des charges puisque taxis,autres VTC digne de ce nom à savoir qualification etc..en payent des charges.Il serait bien d'informer les utilisateurs et conducteurs des risques qu'ils encourent lors de l'utilsation d'un uber POP non??. C'est une information que je ne trouve pas dans tous ce vacarme.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut