TOUS ACCROS A LA DECO ?

À l'occasion de la tenue cette semaine à Lyon de deux salons consacrés à la maison, Lyon Capitale s'est demandé pourquoi la décoration intérieure bénéficiait d'un tel engouement ?

Vous êtes sûrement déjà tombés sur cette émission de télévision où une femme, bien portante, pleine d'énergie voir fatigante, rend visite à des ménages déprimés par leur intérieur. En deux-trois coups de pinceaux et quelques fantaisies sur les murs, elle repart, telle Mary Poppins, laissant les pauvres bougres, la larme à l'oeil, profiter de leur nouveau chez eux qui, enfin, leur "correspond". La décoration intérieure est à la mode, c'est une évidence. Et ce ne sont pas les lectrices avides d'AD, Ideat ou Marie Claire Déco qui vous diront le contraire.

Plus de temps libre
Véronique Szkudlarek, directrice du salon Tendances Maison le confirme : "De plus en plus de gens s'intéressent à la décoration d'intérieur, affirme-t-elle. Peut-être parce qu'ils ont plus de temps libre qu'avant, tout simplement." Phénomène de repli sur soi ? "Non, répond-elle. Par rapport aux années 90, où la maison était considérée comme un petit cocon où l'on se protégeait du monde extérieur, aujourd'hui notre intérieur s'ouvre de plus en plus. C'est un endroit où l'on a envie de se sentir bien et qui communique sur le monde. Les gens reçoivent beaucoup et hébergent leur famille, leurs amis." La directrice de Tendances Maison note aussi un intérêt croissant pour les questions d'environnement. "La déco devient écologique, explique-t-elle. On détourne les objets plutôt que de les jeter. On recycle. Cette tendance devrait s'accentuer dans les années à venir."
Décomplexés et zappeurs !
Pour Aude Barbari, directrice du salon Créations et Savoir-faire, c'est une manière de se réapproprier son espace. "C'est un juste retour des choses, dit-elle, après un phénomène de standardisation de la déco, avec des grandes chaînes du style Ikéa. Aujourd'hui, chacun passe du temps à bricoler, peindre, customiser des objets pour personnaliser son intérieur."

Selon elle, c'est aussi toute une génération décomplexée qui s'affirme : "Les femmes n'ont plus peur de passer pour des ménagères en cuisinant ou en décorant leur maison. Souvent actives, cela devient un loisir." Elle souligne le comportement d'une "génération zappeur", ultra-consumériste qui aime changer régulièrement, de tout.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut