Test de Goat Simulator sur PC : du grand n'importe quoi !

Test - Début février, les développeurs de Coffee Stain Studios décident de publier une vidéo absurde d'un jeu portant le nom de Goat Simulator, un simulateur de chèvre. Ce qui n'était à l'origine qu'une plaisanterie est désormais devenue un véritable jeu vidéo. Disponible le 1er avril, Goat Simulator est un OVNI stupidement drôle.

"Goat Simulator est un petit et stupide jeu. Il a été réalisé en deux semaines, alors n'espérez pas un jeu semblable à GTA avec des chèvres. En fait, vous feriez mieux de ne rien attendre du tout. Pour être véritablement honnête, il vaudrait mieux que vous dépensiez vos 10 dollars dans un cerceau pour faire du hula-hoop, une pile de briques ou une vraie chèvre". C'est ainsi que les développeurs de Coffee Stain Studios présentent leur jeu Goat Simulator. À l'origine le titre n'était qu'une plaisanterie réalisée pour se moquer des simulateurs qui pullulent sur PC. Goat Simulator se distinguait des autres logiciels en proposant au joueur de prendre les commandes d'une chèvre dans un monde ouvert. Le titre est enfin disponible et le constat est implacable : les développeurs n'ont pas menti sur la marchandise. Goat Simulateur est un petit jeu, tellement stupide qu'il en devient particulièrement amusant.

Moche et mal optimisé

Les captures d'écran qui illustrent cet article confirment que le titre n'est absolument pas un canon de beauté. Les environnements sont grossiers, les textures baveuses et pour couronner le tout, le jeu est loin d'être optimisé. Pire, il demande de posséder un ordinateur assez puissant pour afficher toute cette laideur correctement. Pourtant, malgré ces défauts graphiques non négligeables, l'intérêt de Goat Simulator n'est pas là.

Un jeu court

S'inspirant de jeu comme Pain sur PS3 ou du mode "arnaque à l'assurance" de la saga Saint Row, le simulateur permet de projeter sa chèvre immortelle sous les roues d'une voiture pour la détruire, d'encorner des personnages ou bien encore de lancer des objets avec sa langue comme une hache ou un barbecue. Il est alors possible de déclencher des réactions en chaîne destructrices et marquer le maximum de point. Comme les jeux nommés précédemment, Goat Simulator propose peu d'objectifs et s'adresse avant tout à ceux qui veulent établir des records en matière d'actions absurdes. Par conséquent, faute de véritable challenge, on se lasse vite de parcourir le petit monde ouvert qui ne manque cependant pas de possibilités. Heureusement, les développeurs ont conçu Goat Simulator en espérant que la communauté fournisse du contenu supplémentaire. Un moindre mal puisque le jeu est court.

Une certaine magie

Malgré toutes ces réserves, une certaine magie opère et l'on rigole plusieurs fois devant son écran à tenter avec sa chèvre des actions qui dépassent plus ou moins l'entendement. Goat Simulator ne scotchera pas le joueur plusieurs jours sur son PC, mais se dégustera à de nombreuses reprises par petites doses, comme un excellent défouloir destiné à la détente. Reste à vous de voir s'il mérite de dépenser 8 euros (dix dollars) pour s'amuser de temps en temps.

Goat Simulator uniquement sur PC, steam obligatoire

à lire également
PIerre Hémon (EELV) © Tim Douet / Gérard Collomb © Tim Douet / Sandrine Runel (PS) © Métropole de Lyon / Nathalie Perrin-Gilbert (Gram) © Tim Douet / Raphaël Debû (PC) © Lyon Capitale / Renaud Payre (La Manufacture de la Cité) © Tim Douet (montage LC)
Théoriquement, au lendemain des élections européennes, la gauche pèse près de 40 % à Lyon et dans la métropole. Mais ce score semble illusoire tant les différents partis qui composent cet axe politique sont structurés par des ambitions personnelles, voire des trahisons collectives. Tour d’horizon des sept familles de la gauche lyonnaise. EELV, le clivage du […]
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut