Les représentants d'UberPOP veulent être reçus par le gouvernement

Alors que les taxis font grève aujourd'hui dans toute la France, les représentants d'Uber demandent à être reçus par le gouvernement.

Face à la violence des taxis, la société Uber veut jouer la carte du dialogue pour défendre ses services. Y compris UberPOP qui permet à des particuliers de prendre en charge avec leur voiture d'autres particuliers.

Contacté par Lyon Capitale, le porte-parole de l'application Uber s'explique : "Nous demandons à être reçu par les pouvoirs publics, nous avons des propositions à leur faire. Elles vont dans le sens d'un marché régulé correctement, pour un marché harmonieux avec des taxis qui gardent la maraude, des VTC qui marchent grâce aux réservations et UberPOP comme alternatives".

Pour ce dernier service qui fait aujourd'hui polémique, le porte-parole a ses arguments : "Ils font des trajets Paris / banlieue, Lyon / banlieue que les taxis refusent. Ils répondent à un pouvoir d'achat en baisse. Ils ne sont pas concurrents des taxis, car ils répondent à des besoins que tous ne peuvent pas satisfaire". Pour le porte-parole d'Uber, la question va même plus loin  : "Il y a une vraie une vraie préoccupation écologique. Si on veut bannir la voiture particulière des villes, il va falloir des voitures mutualisées. Un UberPOP permet d'éviter que plusieurs voitures circulent ou que certains usagers achètent un véhicule". La balle est désormais dans le camp du gouvernement qui pour le moment a surtout semblé pencher du côté des taxis.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut